SYNODE en AMAZONIE

Une page spéciale pour accompagner la préparation du synode de l’Eglise catholique sur l’Amazonie.

29 AOUT 2019

Caoimhe de Barra, directrice de l’Irish Catholic aid and development agency (Trocaire) a pris récemment la parole sur la crise en Amazonie. Extraits :

« Not only do these fires have a global impact in terms of the rapid pace of destruction – both in terms of biodiversity and contribution to climate change – but also, locally, one million indigenous people live in the Amazon forest.Frankly, this is in large part a result of the devastating impact of populist politics worldwide and, more specifically, the irresponsible policies of the current Brazilian administration.Brazilian President Jair Bolsonaro fought an election campaign on the basis of promises to open up what he would have called the ‘unproductive’ Amazon region for companies.

Whether or not these companies actually have the legal entitlement to cause such devastating environmental damage with exploitative and reckless business practices, they now feel emboldened to set these fires to clear the very precious Amazon forest for mining, logging and commercial farms.These companies know they can do this because they will be met with impunity and they will not be challenged in the Brazilian system under the current Bolsonaro Government.We see this pattern of destruction and the destruction of local people’s livelihoods and rights globally and, because of this, there is a real need for international action.

The Brazilian Government under the current leadership will not hold those responsible for these fires to account. Instead, they will create more space for companies to continue to operate in an unethical fashion and, in the process, gradually destroy our planet.The tactics of the Bolsonaro Government are straight out of the political playbook of populist leaders – they attempt to delegitimise NGOs and indigenous peoples’ groups who are, in fact, trying to protect environmental resources as well as rights and livelihoods.This is something that is happening worldwide. Populist leaders are attempting to smear environmental groups and Human Rights Defenders and we see this regularly in various parts of the world and in countries where Trócaire work.

Three-quarters of Human Rights Defenders who were killed last year were killed for defending indigenous and environmental rights – that’s 247 people murdered for speaking the truth.Trócaire works with Irish missionaries and I personally met with two of them last week who have been living in Brazil for the last 50 years. They have seen the darkest days of governance in Brazil and they are concerned by the toxic policies of Bolsonaro’s Government.Here at home, we need to consider the impact of Irish and multinational companies. For instance, Ireland has a trade of €2billion with Brazil. It is essential that we introduce due diligence and Human Rights legislation to address all of Ireland’s corporate operations in Brazil and worldwide.

There must be due diligence for all business operations, no matter where they happen, across the globe. Companies operating in the Amazonian rain forest will not be brought to justice for their unethical business practices and their infringement of human rights.This is why we need a binding international treaty on Business & Human Rights to ensure that companies – regardless of where they are headquartered – are held to account for these abuses.’

28 AOUT 2019

COE – Les incendies qui embrasent la région amazonienne doivent être considérés comme une crise nationale et internationale, déclare le secrétaire général du Conseil œcuménique des Églises, le pasteur Olav Fykse Tveit.

«Il s’agit d’une grave catastrophe écologique, politique et morale lorsque l’humanité ne prend pas soin de ces formidables ressources pour notre vie commune sur la planète», déclare le pasteur Tveit le 27 août. «Il en va de notre responsabilité envers Dieu, notre Créateur, relevant par là même de la spiritualité»

EGLISES EVANGELIQUES d’ALLEMAGNE. L’évêque Heinrich Bedford-Strohm, président du Conseil de l’Église évangélique d’Allemagne, s’est dit inquiet et attristé par les récents rapports sur la situation de la forêt amazonienne au Brésil. Qualifiant les incendies de «miroir d’un changement politique en faveur d’une moindre protection des forêts pour servir les intérêts économiques de certain-e-s», l’évêque Bedford-Strohm rappelle que les Églises ont compris que la déforestation accrue observée dans de nombreux pays n’est pas uniquement une question nationale, mais produit des effets à l’échelle planétaire.

«J’en appelle fermement aux personnes assumant des responsabilités politiques tant au Brésil que sur la scène internationale à faire tout ce qui est en leur pouvoir pour éteindre les incendies et éviter l’apparition de nouveaux foyers», annonce-t-il. «La répartition de la richesse et le souci de l’intégrité de la terre ne sont pas des objectifs qui s’excluent, mais des prérequis à une vie accomplie. Les fidèles chrétiens doivent se tenir à l’avant-poste de la lutte pour l’atteinte de ces deux objectifs»,

OECUMENISME – Le 22 août, les membres œcuméniques d’Alliance ACT au Brésil ont également fait part de leurs inquiétudes pour l’Amazonie en déclarant dans un message que l’engagement œcuménique réside dans «la protection de la socio-biodiversité de la création et la défense des organisations de la société civile et des mouvements sociaux qui s’opposent à un projet politique meurtrier»

 

EVEQUES AMERICAINS – Le président de la conférence des évêques américains Mgr Daniel DiNardo, le responsable du Comité de Justice domestique et développement humain, Mgr Frank J. Dewane, et le responsable du Comité Justice et Paix, Mgr Timothy P. Broglio ont publié ce communiqué commun

« Last Sunday, after his Angelus prayer, Pope Francis expressed concern for the fires that have developed in the Amazon, stating, ‘Let us pray that, with everyone’s commitment, they may be tamed as soon as possible.’ As bishops of the United States, we join in these heartfelt prayers and urge the faithful of our nation to support, through their petitions and concern, these efforts.As our Church begins a ‘Season of Creation’ culminating on October 4th, the Feast Day of St Francis of Assisi, let us all consider spiritual and corporal acts of mercy towards our common home and all those living in it.We express solidarity with our brother bishops in Latin America who, through the Consejo Episcopal Latinoamericano (CELAM), have expressed their desire for a prompt extinguishment of these fires, and welcome the decision by the Group of Seven (G7) to extend financial support for these efforts. »

REPAM – Précision sur la mobilisation en cours. Dans un communiqué récent, le réseau pan-amazonien évoque un « point de non retour » qui est en train d’être atteint par la crise en cours.

Capture d’écran 2019-08-28 à 11.38.41

Il appelle notamment à se mobiliser dans la prière jusqu’à l’ouverture du synode sur l’Amazonie.

Capture d’écran 2019-08-28 à 11.30.19

27 AOUT 2019

Mgr John Arnold, qui est à la tête du mouvement Eveques catholiques pour l’environnement en Angleterre et Grande Bretagne réagit aux évènements en cours en Amazonie :

« Nous sommes interpellés par le souci profond des évêques d’Amérique latine dans leur déclaration hier sur le sérieux de cette tragédie, qui n’a pas qu’un impact local ou régional, mais bien planétaire. De manière prophétique, le pape François a écrit, en préparation du synode sur l’Amazonie : ‘Dans la forêt tropicale amazonienne, qui est d’une imortance vitale pour la planète, une crise profonde a été initiée par l’intervention prolongée des humains, dans une logique de ‘culture du déchet’ (LS 16) et une mentalité extractiviste généralisée. L’Amazonie est une région avec une riche biodiversité. Elle est multi-ethnique, multi-culturelle, multi-religieuse. C’est un miroir de notre humanité qui, pour défendre la vie, doit nécessiter des changements structurels et personnels par tous les êtres humains et leurs nations, et par l’Eglise. Nous joignons nos voix à celles qui appelle urgemment les gouvernements des pays amazoniens, particulièrement du Brésil et de la Bolivie, des Etats Unis et de la communauté internationale à prendre des mesures sérieuses pour sauver le poumon de la planète. Ce qui arrive à l’Amazonie n’est pas juste un problème local mais un enjeu global. Quand l’Amazonie souffre, c’est le monde entier qui souffre. »

 

26 AOUT 2019

Emma Donlan, de l’ONG Christian Aid’s (Bolivie) a souligné apprécier l’annonce de  £10million d’aide supplémentaire pour un fond destiné à protéger et restaurer la région de la forêt amazonienne. Mais elle rappelle que l’enjeu est aussi de défendre les peules de cette région du monde, en les incluant dans le processus.

« We would urge world leaders, including UK Prime Minister Boris Johnson, to lead the way in calling for urgent action to protect vulnerable communities, who are in most immediate danger as a result of these fires, and have for years been on the frontline of protecting and defending this fragile ecosystem against destructive policies and practices in the forests. Christian Aid stands in solidarity with our local partners and environmental rights defenders across the Amazon, who often face intimidation and threats for speaking out protect the Amazon and fight for the rights of those who live there. Christian Aid also welcomes news that the UK will be doubling its Green Climate Fund contribution from £720 million over the past four years to £1.44 billion over next four years, including ambitious targets to protect diversity. The people who live in the Amazon forest and other vital natural environments must be at the heart of protecting these vulnerable and diverse ecosystems. We must focus on aid and initiatives that support both and stand in solidarity with communities fighting exploitative companies and leaders. As the Synod of Bishops on the Amazon is scheduled to meet in Rome in October, Christian Aid is among 79 faith-based organisations who have signed Somos las Amazonia a declaration of support calling on protection of the rainforest and the human right defenders in the region. »

 

26 AOUT 2019

REPAM – Face aux incendies qui ravagent la forêt amazonienne, le REPAM – Red Eclesial Panamazonica, réseau de l’Église catholique qui promeut les droits et la dignité des personnes vivant en Amazonie – appelle à une prise de conscience et unit sa voix à celle d’autres organisations s’étant déjà exprimées sur le sujet. «Ces jours-ci, les incendies en Amazonie ont pris des dimensions d’une extrême gravité», s’inquiètent les signataires de ce communiqué daté du 25 août. Le cardinal Claudio Hummes, président du REPAM, le cardinal Pedro Barreto, vice-président, et Maurico Lopez, secrétaire exécutif, constatent que les réactions ont déjà été nombreuses à travers le monde, les gouvernements de plusieurs États exigeant «une réaction des gouvernements locaux». Ils saluent aussi les différents prises de paroles de conférences épiscopales ou d’organismes ecclésiaux.

RESEAU OECUMENIQUE LATINO-AMERICAIN EGLISES et MINES –  «Nous recevons avec indignation la nouvelle des incendies criminels en Amazonie», qui portent atteinte «de manière directe contre la vie de la planète», peut-on ainsi lire dans le document final de la dernière assemblée du réseau œcuménique latinoaméricain “Églises et Mines”, qui s’est tenue les 21 et 22 août dernier en Argentine. «Nous encourageons à mettre en commun les multiples [actions de] résistances de nos peuples, enracinées dans leurs propres territoires, alimentées par les cultures et spiritualités d’origine, traditionnelles et chrétiennes. Nous choisissons et nous mettons en place des actions de renforcement de cette lutte, en sachant que de celle-ci dépend aussi la survie de notre planète, notre mère la Terre», est-il écrit.

CLAR – La Conférence Latinoaméricaine des Religieux (CLAR), a quant à elle diffusé le 22 août dernier un message intitulé «Non à la destruction de l’Amazonie !». Elle exprime son indignation devant «la destruction provoquée par les incendies de forêts et la perte de la biodiversité», qui sont la preuve «de l’exploitation de l’environnement et de la violation systématique tant des droits humains de base de la population amazonienne que des droits de notre mère la Terre». Avec femeté, elle demande l’action commune des gouvernements des pays concernés face à cette «urgence environnementale». La CLAR invite enfin les consacrés à prier et à s’unir aux «manifestations et actions qui s’organisent dans les différents pays pour la défense de notre territoire amazonien».

 

Capture d’écran 2019-08-26 à 19.20.32MGR JOSE LUIS AZCONA, EVEQUE EMERITE DU DIOCESE DE MARAJO

Mgr José Luis Azcona se dit  préoccupé parce qu’il qualifie dans une interview à l’agence de presse catholique brésilienne ACI Digital comme « une vision distordue de la soi-disant réalité amazonienne ». « L’Amazonie, du moins dans sa partie brésilienne, n’est plus catholique », affirme-t-il, « Toute nostalgie d’une Amazonie qui n’existe plus serait fatale à l’évangélisation. Dans certaines zones, la part des pentecôtistes dans la population atteint les 80 %. Il n’y a pas un mot à ce sujet dans l’Instrument Laboris. » Selon l’évêque, qui convoque ses trente ans d’expériences dans la région (1987-2016), « dans de nombreux diocèses, la foi n’est plus une donnée vivante dans la société. Il existe un gouffre entre la beauté des célébrations et des liturgies, et la réalité sociale, environnementale, culturelle et politique ». Mgr José Luis Azcona s’est, au cours de ses années de mission en Amazonie, attiré plusieurs menaces de mort pour son engagement dans la lutte contre le trafic d’êtres humains, les entorses aux droits des peuples indigènes, et les abus sexuels, autant de sujets dont il déplore l’absence dans le document de travail du synode. « Dans le seul État de Pará, on a rapporté 25 000 cas d’abus sexuel sur des enfants, poursuit-il sur ce dernier sujet. Ce visage de l’enfance détruite n’est-il pas une part essentielle du visage de l’Amazonie ? Ce souci pastoral, si fermement exprimé par le Saint-Père, où est-il présent dans l’Instrumentum Laboris ? Un synode de cette ampleur peut-il être construit sur une vision si éloignée de la réalité, sur des schémas préétablis qui déforment le réel ? »

 

26 AOUT 2019

Mgr DimasAlors que dans les réseaux sociaux, le mot d’ordre #PrayForAmazonia commence à se répandre, Mgr Dimas Lara Barbosa, archevêque métropolitain de l’archidiocèse de Campo Grande, parle de la situation vécue localement et de la prise de conscience en cours :

«C’est avec tristesse que la société brésilienne et le monde observent cet indice permanent et croissant de l’utilisation des feux comme alternative pour le nettoyage, à des fins agricoles, et ce dans tous les domaines du Brésil. Dans notre État, les pompiers ont déjà dû éteindre des incendies dans près de 300 endroits ces derniers mois – mais il s’agit certainement d’actions locales. Lorsque cette mentalité s’étend à l’ensemble du Brésil, nous finissons par être insensibles, par exemple, à ce qui se passe en Amazonie. Après tout, l’Amazonie n’est pas un patrimoine privé, ni seulement un patrimoine gouvernemental, c’est un patrimoine de tous les Brésiliens. Et c’est ce cercle vicieux de pollution de l’environnement, que le Pape François a dénoncé dans Laudato si’, appelant chacun à une véritable croisade contre la pollution et pour la défense de notre Maison commune, est malheureusement une conscience qui est encore loin de secouer la conscience même des chrétiens et catholiques. Nous devons faire revivre Laudato si’ et également l’histoire de l’Eglise au Brésil, qui a déjà promu plusieurs Campagnes de Fraternité autour du thème de l’écologie. Je me souviens qu’en 1979 déjà, il y avait une campagne intitulée  » Préserver ce qui appartient à tous « . Ainsi, la conscience écologique est pour une  » écologie intégrale  » qui doit être assimilée par notre bon peuple brésilien et, en particulier, par ceux qui ont le devoir de prendre soin de ce qui appartient à chacun.»

«Selon les experts, le facteur qui explique le mieux l’augmentation du nombre de points chauds dans cette région est la déforestation. Il y a probablement d’autres situations qui caractérisent les crimes environnementaux et qui méritent notre attention. Ces éléments indiquent la nécessité d’une inspection sérieuse et toujours nécessaire. Dans ce contexte, les organes de contrôle jouent un rôle de premier plan, qui ne peut en aucun cas être discrédité ou discrédité. Il est vrai qu’il y a des voix qui défendent le développement de la région à travers l’exploitation du sous-sol, des forêts, l’avancement de l’agriculture,…. Tout cela peut certainement contribuer au développement de la région, mais à quel prix ? Elle peut coopérer pour le développement de la région à condition que les initiatives soient guidées par une éthique, disons écologique ; par une responsabilité socio-économique et environnementale. De plus, nous ne pouvons pas oublier la dignité et la noblesse des écosystèmes de la région. Je me souviens que le Pape François, dans l’encyclique Laudato si’, parle aujourd’hui du système pervers de la propriété et de la consommation. Cette expression est impressionnante. C’est pourquoi il est nécessaire de trouver de nouveaux moyens de promouvoir une  » écologie intégrale « , respectueuse de l’environnement, des peuples autochtones et de la terre elle-même.»

 

25 AOUT 2019

Dans un appel après la prière de l’angélus, ce dimanche place Saint-Pierre, le Pape François a évoqué les incendies qui ravagent depuis plusieurs jours la forêt amazonienne.

«Nous sommes tous préoccupés par les vastes incendies qui se sont développés en Amazonie. Prions pour que, avec l’engagement de tous, [les incendies] soient maîtrisés le plus vite possible. Ce poumon de forêts est vital pour notre planète» a poursuivi le Pape.

24 AOUT 2019

Appel du patriarche orthodoxe Bartholomée, en attendant sa future encyclique prévue pour le 1er septembre.

«Prions pour tous ceux qui sont menacés ou affligés par les incendies partout dans le monde. Demandons à tous les fidèles et à toutes les personnes de bonne volonté de considérer attentivement comment nous vivons, ce que nous consommons et où se situent nos priorités»

23 AOUT 2019

Capture d’écran 2019-08-26 à 10.43.02Mgr Lafont réagit au drame des incendies en cours au Brésil. Il rappelle dans un entretien accordé à la radio RCF. Il invite les chrétiens à (re)lire l’encyclique Laudato si pour s’engager dans le changement de de notre mode de vie. Il rappelle par exemple que le fait de « rouler à 80 km », est souvent mal compris, même au sein de son clergé. De son côté, l’économie faite est reversée ensuite à des oeuvres caritatives. Il souligne aussi la responsabilité des peuples pour faire changer les excès et les corruptions des systèmes destructeurs.

« Entre juillet et août de cette année 72.843 départs de feu ont été enregistrés au Brésil contre 39.759 pour la totalité de 2018. En huit mois on a fait presque deux fois plus qu’en 12 mois l’an dernier. »

Dans un entretien accordé au journal La Croix, il développe encore sa réflexion :

(…) Reconnaissons que lorsque nous sommes allés à la rencontre des peuples d’Amazonie, au cours de l’histoire, ce n’était pas d’abord pour apprendre leur sagesse, mais pour nous emparer de leur territoire et de ses ressources. Aujourd’hui encore demeure la tentation de surexploiter cette nature, pour le profit de certaines multinationales et aux dépens du bien commun. À l’approche du synode sur l’Amazonie, en octobre prochain à Rome, l’Église appelle à changer radicalement notre rapport avec ces peuples dont nous ne respectons pas les droits. Nous devons nous mettre à l’écoute de leur expérience, et de la qualité de relation qu’ils ont toujours entretenue – et continuent d’entretenir – avec leur terre. L’Église peut et doit prendre aujourd’hui un « visage amazonien » !

L’Église catholique appelle également à changer radicalement notre rapport avec la nature. Le pape François, en visite au Pérou en janvier 2018, a dit que cette terre est une terre sacrée ! Alors oui, bien sûr, l’Église considère que la forêt amazonienne fait partie du patrimoine universel. Au même titre, d’ailleurs, que le bassin du Congo ou que les jungles de l’Asie du Sud-Est.

Sur tous ces sujets, l’un des grands moments de prise de conscience de l’Église a été le concile Vatican II, qui a débouché sur une multitude de rencontres des évêques du Conseil épiscopal latino-américain (CELAM). Depuis 2013, grâce à l’expérience sud-américaine du pape François, toute l’Église bénéficie de ce sursaut. Ce pape représente quelque chose d’extrêmement fort, qui n’est pas sans provoquer un certain nombre de résistances. Mais l’Évangile a toujours provoqué des résistances : le message de Jésus est un véritable défi pour ce monde où prime souvent l’amour de l’argent et de la consommation.

Que nous soyons en Amazonie ou à Paris, il est urgent que nous tous, chrétiens, posions un regard spirituel sur la Création, et que cela nous conduise à une plus grande frugalité de vie. Pour la journée de la terre, dimanche 1er septembre (1), j’ai lancé un appel à la prière et à la mise en œuvre de cette sobriété, rendue urgente face aux incendies désastreux, et pour que la préparation du synode réveille encore un peu plus la conscience que nous avons de vivre pour préserver le présent et l’avenir. »

23 AOUT 2019

A la clôture de la dixième rencontre mondiale des religions pour la paix, les 900 délégués ont publié un document qui aborde aussi la dimension environnementale

Nous nous engageons dans la lignée des ODDs. Nous travaillons pour soutenir le développement humain intégral et durable en oeuvrant pour la justice, la citoyenneté inclusive et la notion d’opportunités égales telles qu’elles sont promues par les ODDs. Nous nous engageons à progresser dans une forme de consommmation durable et responsables, par la dignité du travail et une distribution équitable des biens.  Nous honorerons les discours scientifiques et seront attentifs à soutenir des progrès dans les technologies numériques dédiées au bien pour tous. Nous soutiendrons l’avancée pour l’accès universel à l’éducation. Nous continuerons de promouvoir le rôle des femmes et des jeunes dans nos sociétés et leur mise en valeur au sein des institutions à tout niveau.

Nous nous engageons pour promouvoir des actions urgentes face à la crise climatique. Nous mobiliserons les communautés religieuses pour protéger la terre, incluant la promotion de communautés vertes. Dirigeants et partenaires dans la lutte contre les dégradations environnementales, nos frères et soeurs des peuples autochtones nous rappellent que « quand la Mère terre souffre, les humains souffrent. Quand les humains souffrent, la Mère terre souffre. » Nous, gardiens et protecteurs de la terre, nous prenons à notre compte la déclaration « Les religions pour la forêt ». Nous voulons sensibiliser le plus grand nombre sur la réalité de la déforestation tropicale et éduquer nos communautés religieuses sur la terrible crise spirituelle et environnementale en cours. Nous prendrons des initiatives pour vivre de manière écologiquement plus équilibrée et durable et nous militerons pour des décisions politiques protègent davantage les forêts tropicales, défendent les droits des peuples indigènes et mettent en oeuvrent les engagements de l’accord de Paris sur le climat.

 

23 AOUT 2019

EVEQUES DU BRESIL – La présidence de la Conférence nationale des évêques du Brésil (CNBB) a publié la note officielle traduite ci-dessous.

Le peuple brésilien, ses représentants et ses fonctionnaires, ont une responsabilité majeure pour défendre et préserver toute la région amazonienne. Le Brésil possède une partie significative de ce précieux territoire avec le très riche trésor de sa faune, de sa flore, de ses ressources hydriques et minérales. Les incendies absurdes et les autres déprédations criminelles exigent maintenant des prises de position et des mesures adéquates et urgentes. L’environnement doit être traité avec les paramètres de l’écologie intégrale, selon l’enseignement du pape François dans son encyclique Laudato Si, sur la préservation de la maison commune.

« Lève la voix pour l’Amazonie » est un mouvement indispensable pour s’opposer aux conceptions et aux choix équivoques. La gravité de la tragédie des incendies et des autres situations irrationnelles et prédatrices, qui ont des impacts locaux et planétaires de grandes dimensions, nécessitent que l’on élève la voix, de manière constructive pour sensibiliser et corriger. C’est le moment de parler, de choisir, d’agir avec équilibre et responsabilité pour que tous assument la noble mission de protéger l’Amazonie, en respectant l’environnement et les peuples traditionnels et autochtones qui sont nos frères. Si nous n’assumons pas cet engagement, tous souffriront des pertes irréparables. Le synode des évêques sur l’Amazonie, en octobre prochain, convoqué à l’appel aimant et prophétique du pape François, pour accomplir le devoir missionnaire d’évangélisation, est signe d’espérance et source de réflexions importantes en ce qui concerne le devoir de préserver la vie à partir du respect de l’environnement.

« Lève la voix » pour clarifier, informer et agir différemment, pour dépasser les erreurs qui sont le fruit d’une intervention humaine équivoque, dans laquelle prédomine la « culture du déchet » et la mentalité extrativiste. L’Amazonie est une région de riche biodiversité, multiethnique, multiculturelle et multireligieuse ; elle est le miroir de toute l’humanité qui exige, pour la défense de la vie, des changements structurels et personnels de tous les êtres humains, des États et de l’Église. Il est urgent que nos gouvernants des pays amazoniens, spécialement du Brésil, adoptent des mesures sérieuses pour sauver une région déterminante pour l’équilibre écologique de la planète. Ce n’est pas le moment de se perdre en propos absurdes et déplacés. « Lève la voix » dans la bouche prophétique du pape François c’est un appel à tous ceux qui occupent des responsabilités dans le monde économique, politique ou social : « Soyez les gardiens de la création. »

Ensemble, construisons un nouvel ordre social et politique, à la lumière des valeurs de l’évangile de Jésus, de la Pan-Amazonie, de la société brésilienne, en particulier des plus pauvres de cette terre. Il est indispensable que nous promouvions et préservions la vie en Amazonie et partout au Brésil. En dialogue et bonne entente lucide que se lève la voix.

Dom Walmor Oliveira de Azevedo
Archevêque de Belo Horizonte – MG
Président de la CNBB

Dom Jaime Spengler, OFM
Archevêque de Porto Alegre – RS
1er Vice-Président de la CNBB

Dom Mário Antônio da Silva
Évêque de Roraima – RR
2e Vice-Président de la CNBB

Dom Joel Portella Amado
Évêque auxiliaire de S. Sebastião do Rio de Janeiro – RJ
Secrétaire général de la CNBB

 

 

22 AOUT 2019

La présidence du Conseil Épiscopal Latino-Américain (CELAM) a publié ce 22 août un message pour exprimer son inquiétude et demander l’action rapide des gouvernements et de la communauté internationale. “Élevons la voix pour l’Amazonie”, ainsi s’intitule le message signé par les cinq principaux responsables du CELAM – Mgr Miguel Cabrejos Vidarte (Pérou, président du CELAM), le cardinal Odilo P. Scherer (Brésil), le cardinal Leopoldo J. Brenes (Nicaragua), Mgr Rogelio Cabrera Lopez (Mexique) et Mgr Juan Carlos Cardenas (Colombie). »Ce qui se passe en Amazonie n’est pas une affaire seulement locale, mais de portée mondiale», insistent-ils. «Si l’Amazonie souffre, le monde souffre»,

Capture d’écran 2019-08-26 à 10.21.31

En voici le texte intégral traduit par la Documentation catholique :

Conscients des terribles incendies qui ravagent de grandes surfaces de la flore et de la faune en Alaska, au Groenland, en Sibérie, dans les Îles Canaries et de manière particulière en Amazonie, nous, évêques d’Amérique latine et des Caraïbes, souhaitons manifester notre préoccupation concernant la gravité de cette tragédie dont l’impact dépasse la dimension locale pour toucher la région et atteindre également des dimensions planétaires.

L’espérance de l’approche du Synode pan-amazonien , convoqué par le pape François, se voit ternie par la douleur de cette tragédie naturelle. À nos frères les peuples autochtones qui habitent ces territoires bien-aimés, nous tenons à leur dire que nous nous tenons à leurs côtés et unissons nos voix à la leur pour lancer au monde entier un appel à la solidarité et susciter des actions rapides pour mettre fin à cette dévastation.

Déjà, le document de travail du Synode se révèle prophétique : « dans la jungle amazonienne, qui revêt une importance capitale pour la planète, se dessine une profonde crise à cause d’une intervention humaine prolongée, où prédomine la « culture de déchets » , et une mentalité extractiviste. L’Amazonie est une région riche en biodiversité, multi-ethnique, pluriculturelle et pluri-religieuse, un échantillon de l’humanité entière, qui pour défendre la vie, exige des changements tant aux niveaux structurel que personnel de la part de tous les êtres humains, des États et de l’Église. Cette réalité dépasse le cadre strictement ecclésial en Amazonie, car il concerne essentiellement l’Église universelle et l’avenir de toute la planète ».

Nous pressons les gouvernements des pays amazoniens, tout particulièrement le Brésil et la Bolivie, les Nations unies et la communauté internationale, de prendre une série de mesures pour sauver le poumon du monde. Ce qui se passe en Amazonie n’est pas une affaire locale mais de portée mondiale. Si l’Amazonie souffre, le monde entier souffre.

Rappelons les paroles du pape François : nous aimerions « demander à tous ceux qui occupent des postes de responsabilité dans le domaine économique, politique ou social, à tous les hommes et à toutes les femmes de bonne volonté : soyons les « gardiens » de la création, du plan de Dieu inscrit dans la nature, les gardiens les uns des autres, de l’environnement ; ne permettons pas que des signes de destruction et de mort accompagnent la marche de notre monde ! » .

(*) Traduction française de Kinda Elias pour La DC

17 AOUT 2019

Capture d’écran 2019-08-26 à 11.36.48Un bateau pour un fleuve et ses peuples. Le Pape François a adressé une lettre pontificale pour l’arrivée à Belem du bateau-hôpital qui porte son nom. Ce bateau a été mis en service le mois dernier mais son arrivée à Belem est l’occasion d’une inauguration officielle.

L’histoire remonte aux JMJ 2013 au Brésil. Le pape avait alors visité un hôpital confié à une fraternité franciscaine (Fraternité Saint François d’Assise de la Providence de Dieu). Lors d’un échange avec le supérieur général, le F. Francisco Belotti, il les a encouragé à être présent en Amazonie. De là est née l’idée d’un bateau hôpital dont le modèle a été présenté au pape le 5 novembre 2018. De fait, c’est le diocèse d’Obidos, la Fraternité franciscaine et le ministère du travail brésilien qui ont collaboré ensemble. Un outil intéressant pour offrir des services sanitaires aux communautés amazoniennes, notamment sur la lutte contre le cancer.

Capture d’écran 2019-08-26 à 11.45.08.png

Le Pape exprime sa «grande satisfaction» pour cette inauguration officielle du bateau-hôpital qui porte son nom et «qui apportera la Parole de Dieu et offrira un accès à une meilleure santé pour les populations les plus dans le besoin, surtout les peuples indigènes et “ribeirinhos” (populations côtières vivant essentiellement d’une pêche de subsistance, ndlr) qui vivent le long de 1000 kilomètres du fleuve Amazone», se réjouit le Pape François. (…) Le Pape François rappelle enfin une nouvelle fois que l’Église dans son ensemble est appelé à être «un hôpital de campagne, accueillant pour tous, sans distinctions ou conditions». À travers cette initiative originale, elle se présente aussi comme un “hôpital sur l’eau”, à l’image de Jésus qui «en marchant sur l’eau, calma les eaux et fortifia les disciples dans la foi». «Ce bateau apportera beaucoup de réconfort spirituel, comme un calmant pour les agitations des hommes et femmes souffrants, abandonnés à leur propre sort». Il remercie les initiateurs du projet, un «beau signal de foi et de solidarité chrétienne» et adresse sa bénédiction apostolique à tous les médecins, volontaires, bienfaiteurs, et à tous ceux qui seront accueillis sur ce bateau. Il demande enfin de prier pour lui et «pour les bons fruits du prochain Synode sur l’Amazonie».

 

13 et 14 AOUT 2019

En vue de préparer le synode pour l’Amazonie prévu en octobre au Vatican, une réunion s’est tenue les 13 et 14 août à Bogota, au siège de la Conférence épiscopale de Colombie (CEC).

Plus d’une centaine de personnes ont participé à la réunion pré-synodale mardi 13 et mercredi 14 août à Bogota, au siège de la Conférence épiscopale de Colombie (CEC). Parmi elles, des évêques, des religieuses et des prêtres travaillant en Amazonie colombienne, mais aussi des dizaines de chefs indigènes, des fonctionnaires et des représentants de la société civile… Tous étaient là pour partager leurs idées sur la manière dont l’Église peut aider à la préservation du « poumon de la planète ». (…) Plusieurs responsables indigènes ont également pris la parole au cours de cette réunion présynodale. Ainsi Fanny Cuiro, dirigeante de l’ethnie huitoto, a souligné combien le fait que le pape ait invité des représentants des peuples autochtones au synode « représente déjà une victoire pour nous. Dans de nombreux pays, les chefs d’État n’ont souvent pas le temps pour les peuples autochtones. L’attention du pape nous remplit d’espoir ». (…) « Au début, nous avions de la méfiance à l’égard des prêtres et des religieuses, a-t-elle encore déclaré. Mais à présent, ils sont des amis. Nous leur faisons confiance et nous leur parlons de nos projets d’avenir. » D’autres journées présynodales similaires ont eu lieu récemment au Pérou et au Brésil.

 

Source : art. Claire Lesegretain et CNS

9 AOUT 2019

« Avec les océans, l’Amazonie contribue de manière essentielle à la survie de la planète. Une bonne partie de l’oxygène que nous respirons vient de là. C’est pourquoi la déforestation signifie aussi détruire l’humanité. »

Dénonçant les discours nationalistes et populistes, qui centrent la vision du monde sur soi (rappelant d’autres périodes de l’Histoire), il rappelle qu’un pays peut être souverain sans être fermé sur lui même.

« Le synode sur l’Amazonie est un enfant de l’encyclique Laudato si. Ceux qui ne l’ont pas lu ne comprendront rien au Synode sur l’Amazonie. Cette encyclique n’est un texte écologiste : c’est une encyclique sociale, basée sur une dimension environnementale, qui est l’urgence de la sauvegarde de la Création. (…) Ce sera donc un synode qui travaillera sur ces urgences. (…) Il aura une dimension d’évangélisation missionnaire. Il sera un travail de communion guidé par l’Esprit saint. (…) Les menaces sur les vie des peuples et de leurs terres dérivent directement des intérêts politiques et économiques des secteurs dominées par des entreprises. (…) Elles doivent prendre concrètement leurs responsabilités, par exemple sur le problème des mines à ciel ouvert qui empoisonnent les eaux et créent de nombreuses maladies. Il y a aussi le problème des engrais chimiques. (…) La disparition de la biodiversité, le développement de nouvelles maladies mortelles (…), la dévastation de la nature qui peut entraîner le mort de l’humanité  » (le préoccupent grandement). »

 

31 JUILLET 2019

CzernyVoici les extraits d’une tribune publiée dans « L’Osservatore Romano » par le jésuite canadien Michael Czerny, sous-secrétaire de la Section Migrants et Réfugiés du Dicastère pour le Service du Développement humain intégral et secrétaire spécial du Synode pour l’Amazonie

L’Église, comme le Bon Samaritain, veut accomplir en Amazonie l’engagement évangélique pour la compassion et la justice. Elle doit observer, comprendre, puis tendre la main et agir. C’est pourquoi notre Saint-Père François a convoqué un synode des évêques pour la région panamazonienne. Avec l’aide du synode, il sera possible de lancer des initiatives pastorales et environnementales en Amazonie et d’affirmer ainsi les modes d’être l’Église qu’entraînent de telles actions.

Cette volonté d’engagement est exprimée utilement dans le dernier chapitre de l’Instrumentum Laboris (IL) qui résume les difficultés et les espoirs d’une Église prophétique dans le bassin de l’Amazonie. L’horizon à l’intérieur duquel il se déploie, sans lequel il ne peut y avoir ni justice ni vie, est le fait que « tout est lié », comme le pape François l’a expliqué dans Laudato si’ (138).  On ne peut pas séparer le social et le naturel, on ne doit pas séparer l’environnemental et le pastoral. Les compartimentations dangereuses – des dimensions intellectuelles et spirituelles, économiques et politiques – ont mis en danger la vie humaine sur la terre, la maison commune de l’humanité.

Le synode prochain marque une détermination à aider à réparer les brèches dans une partie du monde où les conséquences des méprises contemporaines et des pratiques pernicieuses sont particulièrement sérieuses. Il est temps que l’Église relève ce défi. De là le thème du synode, « Nouveaux chemins pour l’Église et pour une écologie intégrale » et le titre du dernier chapitre de l’Instrumentum Laboris, « Le rôle prophétique de l’Église et la promotion humaine intégrale ».  Les deux expressions parlent des dimensions ou de la dynamique qui doivent se déployer ensemble dans la mission de l’Église : les ministères pastoraux, la promotion de l’humain, l’écologie intégrale, des chemins nouveaux et des rôles prophétiques.

Tout comme Laudato si’ et son long exposé historique, scientifique, économique et pastoral, l’IL fournit une analyse détaillée des conditions actuelles en Amazonie. (…).

Les conditions qui règnent en Amazonie tiennent à diverses causes. Il y a des intérêts locaux et multinationaux qui soutiennent et encouragent les investissements publics ou privés au prix d’incidences dévastatrices sur l’environnement et les habitants de l’Amazonie. Cependant, un élément primordial est le fait que les peuples autochtones voient leurs territoires menacés, minés par des intérêts qui les exploitent, et qu’ils sont souvent empêchés de revendiquer leurs propres terres. Cela contrevient au droit et aux conventions sur le plan international. « La Déclaration des Nations unies sur les droits des peuples autochtones (adoptée le 13 septembre 2007), que le pape a mentionnée à plusieurs occasions, établit des droits aussi importants que le droit à l’auto-détermination, en vertu duquel les peuples autochtones déterminent librement leur statut politique et assurent librement leur développement économique, social et culturel (art. 3). Dans l’exercice de leur droit à l’autodétermination, les peuples autochtones ont le droit d’être autonomes et de s’administrer eux-mêmes pour tout ce qui touche à leurs affaires intérieures et locales art. 4). Et l’article 6 de la Convention (numéro 169) relative aux peuples indigènes et tribaux (1989) de l’Organisation internationale du travail établit leur droit de ne pas être affectés par des mesures législatives ou administratives qui pourraient les toucher directement sans qu’ils aient été consultés d’abord “de bonne foi et sous une forme appropriée aux circonstances, en vue d’obtenir un consentement libre et éclairé au sujet des mesures envisagées” »[2].

De fait, c’est précisément la disparité des forces et, dans de nombreux cas, le manque flagrant de respect des droits constitutionnels, de même que l’imposition d’un soi-disant modèle de développement, qui causent continuellement de grands bouleversements dans de nombreuses communautés autochtones : vulnérabilité, détérioration des relations, migration, chômage, violence et famine. L’absence de reconnaissance, de démarcations et de titres de propriété dans les territoires (une condition sine qua non pour la sécurité personnelle, la stabilité des communautés et la survie culturelle) a été la cause d’un nombre effarant de martyres en Amazonie. « Aujourd’hui, questionner le pouvoir pour défendre le territoire et les droits humains, c’est risquer sa vie, en ouvrant un chemin de croix et de martyre. » (IL 145).

L’IL mentionne l’exemple de 1 119 Autochtones assassinés entre 2003 et 2017 et ajoute une explication large, « avoir défendu leurs territoires »[3]. De fait, ces meurtres sont parfois attribués à des circonstances telles que la consommation d’alcool, la violence domestique ou des disputes locales. En général, cependant, ils doivent être perçus comme les conséquences de facteurs environnementaux, sociaux et structurels, de problèmes découlant de l’absence de démarcation des territoires et de leur invasion par de puissants intérêts extérieurs. L’Église, dans son rôle pastoral, travaille étroitement avec les victimes, et dans son rôle prophétique elle s’oppose aux abus. Elle est appelée à être « l’avocate de la justice et des pauvres », comme le rappelait le pape Benoît XVI dans son discours inaugural de la Conférence d’Aparecida (Aparecida 395). La présence de l’Église est, en réalité, « un véritable prisme qui permet d’identifier les points fragiles dans la réaction des États et des sociétés comme telles face à des situations urgentes, à l’égard desquelles il y a, indépendamment de l’Église, des dettes concrètes et historiques que l’on ne peut pas esquiver[4] ». Percevant « avec une conscience critique », comme le fait l’Église partout où elle exerce son ministère, elle observe également « une série de comportements et de réalités des peuples autochtones qui vont à l’encontre de l’Évangile » (IL 144).

Les souverains pontifes, depuis Léon XIII dans les années 1890, Vatican II et la doctrine sociale de l’Église, offrent tous des directives claires sur la manière dont l’Église doit réagir. En réponse à un modèle dominant de société qui est source d’exclusion et d’inégalité et à un modèle économique qui tue les plus vulnérables et détruit notre maison commune, la mission de l’Église inclut un engagement prophétique envers la dignité de chaque être humain sans distinction, et envers la justice, la paix et l’intégrité de la création. Comme l’affirme si clairement le pape François, « Je crois que l’enjeu central est la manière de réconcilier le droit au développement, tant social que culturel, avec la protection des caractéristiques particulières des peuples autochtones et de leurs territoires […] À cet égard, le droit à un consentement préalable éclairé doit toujours prévaloir[5] ».  À Puerto Maldonado il a dit : « Je crois qu’il est indispensable de faire des efforts pour créer des instances institutionnelles de respect, de reconnaissance et de dialogue avec les peuples natifs, en assumant et en sauvegardant la culture, la langue, les traditions, les droits et la spiritualité qui leur sont propres[6] ».

En Amazonie, le bien vivre (buen vivir) des Autochtones dépend d’une démarcation juste de leurs territoires et d’un respect scrupuleux de ces démarcations. La politique, pour reprendre les mots de saint Jean-Paul II, « est l’utilisation du pouvoir légitime pour atteindre le bien commun de la société »[7]. La fonction politique fondamentale est d’assurer un ordre social juste, et l’Église « ne peut ni ne doit non plus rester à l’écart dans la lutte pour la justice » (EG 183, cf. Deus caritas est, 28). L’Église est donc aux côtés des peoples autochtones dans la sauvegarde de leurs territoires. Avec toutes ces grandes difficultés et cette dynamique, ces menaces et ces promesses en tête, rappelons-nous les paroles du pape François, placées en ouverture du dernier chapitre de l’IL. « À partir du cœur de l’Évangile, nous reconnaissons la connexion intime entre évangélisation et promotion humaine, qui doit nécessairement s’exprimer et se développer dans toute l’action évangélisatrice » (EG 178).

Michael Czerny S.J. / Sous-secrétaire, Section des migrants et des réfugiés, Dicastère pour le service du développement humain intégral / Secrétaire spécial, Synode pour l’Amazonie
[1] Pape François, Rencontre avec les populations de l’Amazonie, Colisée Madre de Dios (Puerto Maldonado, Pérou), 19 janvier 2018. / [2] Card. Pedro Ricardo Barreto, sj, Le synode pour l’Amazonie et les droits humains, Peuples, communautés et États en dialogue, 2019. / [3] Voir Consiglio Indigenista Missionario, CNBB, Brazil, « Relatório de violência contra os Povos Indígenas no Brasil – Dados de 2017 », p. 84 et suivantes. Ce rapport est présenté par Dom Roque Paloschi, « Na ausência da Justiça, a violência cotidiana devasta as vidas dentro e fora das terras indígenas », Brasília 2018. /  [4] Pedro Barreto S.J., art. cit. / [5] Pape François à la délégation des peuples autochtones et du FIDA en audience p rivée, 15 février 2017. / [6] Pape François, Rencontre avec les populations de l’Amazonie, Colisée Madre de Dios (Puerto Maldonado, Pérou), 19 janvier 2018. / [7] Jean-Paul II, Discours au Jubilé des responsables de gouvernements, des parlementaires et des hommes politiques, 4 novembre 2000, § 2.

18 JANVIER 2019

Dans un message vidéo en date du 18 janvier 2019, le pape François s’est adressé aux jeunes des peuples indigènes qui vivent une rencontre mondiale avant les JMJ, au Panama, du 17 au 21 janvier 2019.

Chers jeunes, Au terme des Journées mondiales de la jeunesse à Cracovie en juillet 2016, j’ai dit aux jeunes volontaires : « Assumons la mémoire de notre passé pour construire l’espérance avec courage ». Et c’est le thème que vous avez choisi pour cette rencontre mondiale de la jeunesse indigène qui vous a réunis du 17 au 21 janvier de cette année (pré-JMJ) à Soloy, Comarca Ngäbe-Buglé, diocèse de David, Panama. Je vous félicite car c’est la première fois que l’on organise une rencontre pré-JMJ spécifiquement pour les jeunes des peuples indigènes, des peuples autochtones, au niveau mondial. Je veux remercier la section de la Pastorale indigène de la Conférence épiscopale du Panama, appuyée par la Celam, pour cette initiative.

Chers jeunes, je vous demande que cette rencontre qui réunit des centaines de jeunes de différents peuples indigènes serve pour réfléchir et célébrer sa foi en Jésus-Christ à partir de la richesse millénaire de ses propres cultures d’origine. Je vous exhorte à ce que ce soit une opportunité pour répondre à l’invitation faite à la jeunesse en d’autres moments d’être reconnaissants pour l’histoire de ses peuples et courageux face aux défis qui les entourent pour continuer plein d’espérance la construction d’un autre monde possible. Revenir aux cultures d’origine. Prendre en charge les racines, parce que c’est des racines que vient la force qui va vous faire grandir, fleurir et fructifier. En outre, ce doit être une manière de montrer le visage indigène de notre Église dans le cadre des JMJ et d’affirmer notre engagement à protéger la maison commune et à collaborer pour construire un autre monde possible, plus équitable et plus humain. Sans aucun doute, les thèmes qui, selon le programme, seront l’objet de votre réflexion, stimuleront la recherche de réponses, dans une perspective évangélique, à tant et tant de scandaleuses situations de marginalisation, d’exclusion, de rejet et d’appauvrissement auxquelles sont condamnés des millions de jeunes, en particulier des jeunes des peuples originaires, dans le monde. Que votre action et votre conscience d’appartenir à vos peuples soit une réaction contre cette culture du déchet, contre cette culture de l’oubli de ses racines, projetée vers un futur toujours plus liquide, plus gazeux, sans fondement. Jeunes gens, prenez en charge vos cultures ! Prenez en charge vos racines ! Mais n’en restez pas là. À partir de ces racines, grandissez, fleurissez, portez du fruit. Un poète disait : « Tout ce qui est fleuri sur l’arbre vient de ce qu’il a de souterrain ». Les racines, mais les racines tournées vers le futur. Projetées vers le futur. Voilà votre défi aujourd’hui. Ce sera un plaisir pour moi de vous rencontrer au Panama. Et d’ici là, je vous adresse mes meilleurs vœux pour cette rencontre et je vous donne ma bénédiction.Jatuaida, Jamorogodre. Dieu vous bénisse !