Du côté des « technologies » de Dieu

gomesMgr Theotonius Gomes, 73 ans, est évêque de Dakha au Bengladesh. En première ligne donc des effets du réchauffement climatique. Président de Caritas Bengladesh, il participe aussi depuis 2008 aux grands sommets internationaux sur le climat, dans le cadre d’une collaboration avec l’agence de développement catholique CIDSE. S’il n’a pas pu être à Doha, nous avons quand même pu récolter ses propos, en exclusivité pour le blog E&E.

Je pense que mon intérêt pour les questions climatiques est lié au principe religions de « l’option préférentielle pour les pauvres », tel qu’il est reconnaissable dans les Evangiles. Les pauvres eux-mêmes ont un accès aux biens simples de la Création et ils sont immergés religieusement et culturellement dans le monde créé bien davantage que nous le sommes dans nos mondes remplis d’objets technologiques supérieurs. Il est aussi vrai que dans les pays développés ou en développement, les pauvres sont nombreux et bien plus nombreux que l’élite riche ou que les sociétés technologiques. L’option pour les plus pauvres et l’option pour les bien créés – la Création en fait- mène aussi à privilégier socialement et géographiquement la démocratie.

Pour moi, les questions climatiques ne relèvent pas que du plan physique mais aussi du plan spirituel. Nous avons besoin de reconnaitre et de respecter la simple sainteté et beauté de toutes les choses créés et de tous les êtres vivants. C’est ce que vivent les gens les plus simples de notre planète. Leur culture poétique, musical, leur sens du lien social, leur sens du contentement avec la vie exprime une belle et simple religiosité et spiritualité. Il y a beaucoup d’amitié entre les pauvres et les réalités naturelles créées. La culture technologique devrait soutenir cela et non pas le perturber comme elle le fait actuellement, entre orgueil et arrogance sur l’ordre naturel. La technologie de Dieu des choses créées et des êtres est bien plus complète que toutes les technologies de nos sciences. Nous avons aussi besoin d’avoir du respect pour les technologies simples des fermiers, des ouvriers agricoles etc. La révolution industrielle doit porter de l’attention aux industries simples des gens ordinaires.

Il doit y avoir un dialogue fait de respect mutuel entre hautes technologies et technologies simples des plus pauvres, et aussi, supérieures à toutes deux, avec la technologie divine dans la Création. L’agriculture est une culture humaine basique. La production industrielle doit être équilibrée avec celle de l’agriculture. Au-dessus de tout, nous devons gérer convenablement le défi de « l’alimentation pour tous » dans tous nos progrès technologiques.

Voilà pourquoi je m’engage sur ces questions climatiques. L’industrie humaine doit assiter et s’inspirer de l’industrie divine dans la Création et la nature. Il semble que ce n’set pas le chemin que nous empruntons actuellement. Les catastrophes climatiques en sont le résultat. Cela ne nie en rien le fait que la technologie et l’industrie ont aussi réalisé beaucoup de bonnes choses. Pour ma part, je suis concerné en premier chef par les aspects humanistes, culturels et spirituels des questions climatiques actuelles. »

On peut en savoir plus sur les combats de Mgr Gomes en consultant l’article du site CIDSE. On y voit notamment son interpellation des représentants européens pour qu’ils soient des acteurs pressants pour le maintien des versements par le Fond vert pour le Climat, promis par les nations développées aux pays en développement. Des sommes à hauteurs de 100 milliards de dollars chaque année jusqu’à 2020 qui pourtant, dès le début 2013 risquent fort d’être simplement annulées du fait des crises en cours. Une catastrophe de plus pour des pays comme le Bengladesh qui ont besoin de fonds pour travailler aux adaptations nécessaires aux changements climatiques en cours.

DL

This article was first published in The Huffington Post

Un commentaire Ajouter un commentaire

  1. Christine L dit :

    Nous sommes loin des déclarations prudentes et insipides de certains en Occident… Merci à Mgr Gomes de parler vrai, d’honorer la place et le rôle des plus petits et démunis qui pourtant là aussi pourraient être nos maîtres..

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s