Du plomb dans la sobriété

le

« Devant l’ampleur de la crise économique, l’Eglise catholique, dans son enseignement, propose une vie plus sobre et plus austère. Nous devons apprendre à faire sans le superflu et vivre avec davantage de sobriété, partageant avec d’autres qui nous sommes et ce que nous avons. C’est ce que le Christ nous demande pour cette période de Carême. Jésus nous appelle à nous convertir, à changer et à vivre la charité chrétienne qui témoigne de l’authenticité de notre foi. »

La citation est de l’archevêque Pedro Barreto Jimeno of Huancayo, jésuite, au cours d’un voyage récent au Canada. Ce même évêque a appelé, il y a quelques jours encore, le gouvernement péruvien et les parlementaires à protéger les populations andines menacées par  l’entreprise métallurgique Doe Run Peru (DRP).

Cette fonderie de métaux (CMLO) est située à La Oroya depuis plusieurs décennies et a été racheté récemment par l’entreprise américaine, spécialisée notamment dans la production de plomb, avec toutes les conséquences néfastes sur l’environnement de ses usines. Plomb, zinc, cuivre sont les métaux traités au Pérou, avec aussi le retraitement de nombreux autres sous-produits miniers. Jusqu’à 1997, aucune restriction environnementale n’avait été mise en place, et la ville de La Oroya était considérée alors comme faisant partie de la triste liste des 10 villes les plus polluées au monde. L’entreprise a depuis lors affirmé vouloir agir pour améliorer ses pratiques, d’autant que le Programme d’assainissement et de gestion de l’environnement (PAMA)  l’y invitait fortement, suivant un plan décennal. Les améliorations ne sont visiblement pas à la hauteur de ce PAMA, et c’est dans ces conditions que l’évêque jésuite a appelé les politiques a ne pas relâcher la pression sur ce groupe industriel qui cherche encore à adoucir la loi péruvienne, en appelant à des moratoires successifs et en invoquant les motifs économiques comme gros entrepreneur de la région.

Des analyses sanguines ont montré fin 2011, qu’après deux ans de paralysie des installations, le pourcentage d’habitants ayant moins de 10 microgrammes de plomb par décilitre dans le sang est passé de 5,91 % à 52,9.

DL

Source : CNR /Arzobispado de Huancayo

 

 

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s