Ce que les glaciers nous montrent

le

A la Saint-François, les glaciers fondent d’effroi.

Ce (faux) proverbe aurait pu servir d’exergue à la journée qui a mobilisé plus de 320 groupes aux Etats-Unis, sponsorisés par la Coalition catholique contre le changement climatique.

Intitulée  » Glace fondante, Création à préserver : une approche catholique du changement climatique », le programme de la journée cherchait donc à allier célébration du saint patron des écologistes et sensibilisation à cette crise environnementale en cours.

A l’église saint-Thérèse-de-Lisieux à Chesapeake, à l’université Gonzaga de Spokane, à l’église Saint-Thomas d’Indianapolis et dans bien d’autres lieux, les rencontres se sont ainsi multipliées.

Occasion de découvrir par exemple l’intervention de James Balog, un photographe climatosceptique qui a changé d’opinion en travaillant sur les changements impressionnants en cours à travers le monde (TED talk 2009 et documentaire Chasing Ice)

mais aussi le document publié par l’Académie pontificale des Sciences, intitulé : « Destin des glaciers à l’ère de l’anthropocène ».

Et aussi de signer le « serment de Saint François » qui invite chacun à changer son mode de vie vers des pratiques plus écoresponsables.

 » La perte généralisée des glaciers, de la glace et de la neige dans les régions tropicales, tempérées et polaires est une des preuves les plus évidentes que nous avons pour montrer les changements climatiques en cours et qui s’opèrent à grande vitesse »,
souligne le rapport de l’Académie, estimant aussi que la modification de la composition de l’air impacte dès à présent sur les vies humaines : ce sont près de 2 millions de morts prématurées qui sont ainsi évoquées, chaque année, au sein des populations les plus précaires.
DL
Source : Article de Brian Roewe  |  Oct. 8, 2013 Eco Catholic
 

Un commentaire Ajouter un commentaire

  1. un volant dit :

    Sous votre prétendu  » rapport de l’académie pontificale », vous évoquez le papier présenté en mai 2011 lors d’un symposium tenu dans des murs prêtés par l’académie (à la demande d’émissaires du GIEC), publié en conséquence sur papier aux armes de l’académie, mais qu’aucun des membres de l’académie (et encore moins son président) n’avait commenté ni approuvé les actes du symposium, ni participé aux débats. Le président s’était contenté de faire un discours d’accueil et les membres de venir écouter poliment. J’ai peur que vous n’instrumentalisiez l’académie en vous référant ainsi à ce document.
    Comment l’Académie aurait-elle, d’ailleurs, pu valider ce même document qui recommandait le géo-engineering comme « Plan B » pour la planète avec des interventions saugrenues sur les océans pour en modifier l’acidité? Excusez du peu!

    Les académiciens pontificaux n’ont ni cautionné ni adopté les conclusions du rapport sur les glaciers. Ce rapport ne laisse personne dupe: il n’est pas dans l’habitude des rapports de l’académie pontificale des sciences de contenir un « appel aux nations »! Cela relève davantage du Vatican lui-même que de son Académie des Sciences.
    Enfin, il est curieux que ce document ne soit maintenant trouvable ni sur le site du vatican.va, ni sur le site de l’académie des sciences. Le lien de l’époque [http://www.vatican.va/roman_curia/pontifical_academies/acdscien/2011/PAS_Glacier_110511_final.pdf] ne répond plus! Curieux, non?
    Un volant

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s