Il n’y a pas que la forêt qui disparait

le

kraütlerQui a dit  ?

« Des groupes politiques et économiques liés à l’industrie agroalimentaire, minière et des constructions avec le soutien et la participation du gouvernement brésilien tentent de révoquer les droits territoriaux des peuples indigènes. »

C’est un extrait d’une note du Conseil indigène missionnaire (Cimi) relatif aux violations des droits des indigènes au Brésil, remis par Mgr Erwin Kraütler (évêque de Xingu), au pape François il y a quelques jours. La situation des Guarani est particulièrement dramatique, dans l’Etat du Mato Grosso. On estime aujourd’hui que 90 tribus isolées sont menacées par des grands travaux industriels.

DL

Source : Fides / Apic

 

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s