PROJET – Une écologie à lire et vivre intégralement

le

Limite 2L’ami Gauthier l’avait annoncé il y a quelques temps. Voici que les choses se précisent : le projet d’un nouveau trimestriel consacré à « l’écologie intégrale », intitulé « Limite » se profile à l’horizon.

En voici déjà un résumé programmatique, pour présenter le travail stimulant de ces « bioconservateurs anarchistes blasphémateurs ». Tout un programme quand on décrypte bien le propos. Y aurait il du renouveau dans l’air, bien au-delà des vieux clivages du siècle précédent ?

LIMITE

Revue d’écologie intégrale. Trimestriel de combat culturel
Limite est une revue de combat culturel. Révolutionnaires bien sous tous rapports, nous souhaitons promouvoir l’écologie intégrale. L’écologie intégrale ne choisit ni l’humain contre la nature, ni la nature contre l’humain. Elle cherche au contraire à faire la synthèse entre le respect absolu de la dignité humaine et la préservation de la biodiversité. Promouvoir l’écologie intégrale, c’est reconnaître qu’on ne saurait défendre l’une sans protéger l’autre, se soucier des plus fragiles sans s’opposer à tout ce que nos modes de vie peuvent avoir de dégradant et d’aliénant. Car la détérioration de notre environnement ne peut entraîner que notre propre déshumanisation.
Dans cette perspective, nous voulons renouveler et enrichir la critique d’un modèle libéral-libertaire construit sur le refus des limites. Contre les transhumanistes, nous serons bioconservateurs. Contre les puissances d’argent, nous serons anarchistes. Contre toutes les idoles, nous serons blasphémateurs.
La gauche radicale n’a pas le monopole de l’anticapitalisme. Les zadistes n’ont pas le monopole de l’écologie. La Manif pour tous n’a pas le monopole de la morale.
Limite refuse les clivages préconçus, l’obsolète division du monde entre gauche et droite, et l’absurde existence d’un prétendu camp du Progrès. D’inspiration chrétienne, sans préjugés idéologiques, ni œillères partisanes ou sectaires, Limite tendra la main à tous ceux qui refusent le double empire de la technique sans âme et du marché sans loi.

Directeur de rédaction: Paul Piccarreta ; Direction adjointe: Gaultier Bès ; Rédactrice en chef Politique: Eugénie Bastié ;
Direction web et culture: Camille Dalmas

Un commentaire Ajouter un commentaire

  1. J’exulte à la lecture du programme de cette nouvelle revue, si intensément que je partage totalement le point de vue de la rédaction. Mais comment s’abonner ?
    Internet propose une revue semble t-il en sommeil sur http://www.limites.eu/ , axée sur la décroissance : cahiers francophones de la décroissance, attention aux télescopages, il n’y a que le (s) qui va différencier.
    Qui peut me donner plus de précision ?
    Michel

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s