AMAZONIE -Forêt sanglante

le

Capture d’écran 2019-04-05 à 11.30.15.pngPaul McAuley, Frère des Ecoles chrétiennes d’origine anglaise, a été retrouvé assassiné il y a quelques jours. Un homme qui avait dédié sa vie à la défense de l’environnement et des peuples autochtones d’Amazonie. Une figure qui devra éclairer le prochain synode sur l’Amazonie

Le site du Vatican donne des précisions :
Le corps carbonisé du prêtre de 71 ans a été retrouvé dans les locaux de la Comunitad Estudiantil Intercultural, un pensionnat de jeunes indiens dont il était directeur. Le missionnaire d’origine irlandaise, membre de la congrégation des Frères des Écoles chrétiennes, avait voué sa vie à l’éducation des jeunes indiens. Arrivé dans le pays en 1995, Paul McAuley a fondé un collège à Lima, et a créé le Red Ambiental Loretana, un organisme engagé dans la bataille contre la déforestation ou l’exploitation des gisements de pétrole et de gaz naturel qui remplissent les sous-sol des forêts. Ce combat lui avait valu, en 2010, l’émission d’un décret d’expulsion par les autorités, ainsi qu’une campagne de diffamation relayée par les médias locaux le dépeignant comme un «activiste tarzan», un «terroriste blanc». Un tribunal péruvien lui donna cependant raison, annula le décret et le missionnaire put finalement rester dans le pays. Depuis 19 ans, le père McAuley vivait à Iquitos, au cœur de l’Amazonie péruvienne (nord-est), où il fut responsable des programmes de la station radiophonique la Voix de la Forêt, participant à divers projets de développement des populations vivant le long des fleuves Amazone et Huallaga, notamment des jeunes. On ignore encore tout de l’identité du ou des assassins, ou des mobiles du crime. Le père McAuley a-t-il payé de sa vie son engagement ferme et résolu contre les grands groupes économiques appâtés par les richesses de l’Amazonie? A-t-il été l’énième victime d’une criminalité malheureusement très présente dans la région ? La conférence épiscopale du Pérou demande quoi qu’il en soit aux autorités de «faire la lumière sur les faits et à trouver les responsables de cet événement». Pour rappel, l’Amazonie sera au cœur d’une assemblée synodale cet automne au Vatican; cette région-poumon de la planète, le sort de ses populations et les nombreux défis sociaux et environnementaux qui y sont rattachés, préoccupent le Pape François, qui souhaite y sensibiliser l’Église universelle.Manuella Affejee (avec Mondo e Missione et Fides)- Cité du Vatican

Les religieux jésuites de la région ont aussi exprimé leur tristesse, soulignant le travail infatiguable de ce militant et éducateur. « Il a montré beaucoup de courage et de détermination en restant avec les gens dont les droits sont bafoués du fait des actions des compagnies minières, rappelle Paul Chitnis, directeur de la Mission jésuite. Occasion de rappeler que les jésuites ont créé un groupe « Justice dans les groupes miniers », au sein du réseau Global Ignatian Advocacy Network (GIAN), militant pour la protection des droits humains et de l’environnement au Congo et en Amazonie

DL

 

 

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s