BELLE SAISON – J+18 – Réunion créative

Daniel m’informe d’une initiative diocésaine intéressante : le lancement de l’année Laudato si à la Réunion, à partir du 1er septembre dernier.

C’est par une célébration que le frère évêque Gilbert Aubry a ouvert l’année Laudato Si, instituée par le pape François à l’occasion du cinquième anniversaire de l’encyclique du même nom.

À La Réunion, une petite centaine de personnes se sont retrouvées à l’église du Saint Esprit (Chaudron) pour un temps de méditation. Les places étaient comptées, consignes sanitaires obligent… Vidéos de chants de louange et textes de poètes locaux ont alterné, puis est venue la lecture d’un extrait du livre d’Osée par le père Pascal Chane Teng (vicaire général), suivie d’une prise de parole de Monseigneur Aubry. Celui-ci a ensuite procédé à la bénédiction de jeunes plantes amenées par les paroissiens, membres de communautés religieuses et de mouvements, avant de les redistribuer à d’autres : chaque plante a été confiée à une paroisse différente de celle qui l’avait amenée ; toutes les plantes seront mises en terre à la fin de la Saison de la Création (le 4 octobre).

Mgr Gilbert Aubry, évêque de la Réunion, a déclaré, lundi 17 août, que l’anniversaire des cinq ans de l’encyclique Laudato Si’ représentait

« une occasion unique de transformer les plaintes et le labeur actuels en contractions donnant naissance à une nouvelle façon de vivre ensemble, liés dans l’amour, la compassion et la solidarité, et à une relation plus harmonieuse avec la nature, notre maison commune (…) L’objectif de l’Année Laudato Si’ est d’inciter un maximum de personnes et de groupes (paroisses, communautés, mouvements, services) à lire l’encyclique et à entamer leur chemin vers l’écologie intégrale, afin d’arriver à une transformation radicale de la société. »

L’évêque a clos sa méditation en mettant les propos du prophète Osée en perspective

Et maintenant, permettez-moi de terminer mon propos en communion avec le rêve final du prophète Osée (cf. Poétique Mascarine, p. 383 – 384) : 

Au fil des siècles et des ans
Le sablier se vide
Le temps s’accélère
Et la vie s’éparpille en morceaux.
La poussière des heures
Nous file entre les doigts.(…) 
La terre n’en peut plus de souffrir
Elle a tant et tant pleuré
Que les océans ne suffisent plus
A recueillir le flot de ses larmes.
Pourquoi tant de haine et de violence ?
L’amour n’a-t-il plus droit de cité ?
Que faisons-nous du chant de la nature ?
On méprise le Créateur, on tue la création. 
Pourquoi faut-il que l’Histoire
S’écrive avec le feu du sang versé ?
Nous arrivons à un seuil d’intolérance
Et sur quoi déboucherons-nous
Quand l’espoir se tord de désespoir
Comme un appel de détresse à l’infini
Pour oser espérer encore d’espérance
Plus loin que l’épuisement des forces humaines. 
Oubliant notre lente croissance utérine
Qui a façonné cellule par cellule
Nos corps de chair s’ouvrant à l’Esprit
Nous nous robotisons en excès de vitesse
Il nous faut retrouver le cri de naissance
Nos poumons respirant la respiration de la terre.
Quand nous n’en pouvons plus de survivre
Le miracle est de toujours vivre pour vivre autrement.  
Dans l’humus de la fragilité germera notre force
Une porte s’ouvrira dans le mur des consciences
Mais il faut nous hâter… ptits pas, ptits pas
Et progresser pendant qu’il est encore temps.
Les vieilles écorces tomberont, des bourgeons éclateront
Ce sera tout beau et tout bon… la vie
Comme un rire d’enfant et un parfum de fleur
Avec ta chanson à toi sur la musique du vent. 
Ce jour-là viendra, tu verras, il reviendra
Tu feras pleurer les gens… des pleurs de joie
Car avec toi ils atteindront le sommet entrevu
A travers brumes et frimas, tempêtes et cyclones
Puisque tous ensemble nous aurons tenu bon
Contre les maltraitances et les mesquineries du Mal
L’horizon décrucifié sera notre récompense éternelle
Le monde dansera d’amour sur la ronde des jours. 
Lorsque les humains ne savent plus« être humains »
Ne bascule pas dans les gouffres d’agitation !
Enracine-toi sur le roc intérieur
Et monte tout droit vers la Lumière
Tu seras purifié en ton élan vital
Avec cette force d’aimer pour tenir bon
Jour après jour ! Le jour s’en vient, la nuit s’en va
La nuit s’en vient, le jour s’en va !
Tout commence et recommence
Un jour est comme mille ans et
Mille ans comme un jour
Le temps ?
Des rythmes à vivre pour mûrir
Et devenir silence de contemplation
Entre soleil et lune
Notre planète bleue sera transfigurée
Par l’harmonie de nos cœurs de chair
Dans l’unique cœur de Dieu
En son Verbe fait chair
Pour maintenant et à l’infini du cosmos
Pour l’éternité.

/ Le 1er septembre 2020 / Mgr Gilbert Aubry

Le diocèse va nommer des référents d’animation pour l’année Laudato Si’. Par ailleurs, il invite à rejoindre les projets de la Journée internationale du nettoyage des rivages.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s