TEMPS POUR LA CRÉATION 30/34

L’ami Martin nous informe des marches interreligieuses qui vont être organisées dimanche en Tanzanie et en Ouganda. Une mobilisation sans précédent pour dénoncer les dangers du projet pétrolier Tilenga et EACOP dans leurs pays. Un projet développé par le français TotalEnergies.

Extrait du communiqué de presse


Les Cercles GreenFaith locaux et leurs partenaires préparent une marche en Ouganda et une autre en Tanzanie pour protester contre la construction du pipeline de pétrole brut d’Afrique de l’Est (EACOP). Les participants dans chacun des deux pays comprendront des personnes en situation de handicap, des jeunes, des femmes, des chefs religieux, des chefs traditionnels et un chef culturel de chaque pays. Ils exigeront aussi un financement accru des projets d’énergie renouvelable et la justice pour les personnes qui ont déjà été déplacées.
Les deux marches auront lieu dans des communautés susceptibles d’être dévastées par la construction de l’oléoduc. En Ouganda : une marche de 4 km de la ville de Hoima à Buhouka. En Tanzanie : une marche du village de Mongoroma au district de Chemba. Les marches et les messages d’accompagnement cibleront les institutions qui soutiennent EACOP : TotalEnergies, la China National Offshore Oil Corporation, les gouvernements de l’Ouganda, de la Tanzanie et de la France, ainsi que les compagnies d’assurance et les institutions financières dont la souscription et les capitaux rendraient EACOP possible. Des chefs religieux de diverses confessions s’adresseront aux participants, les sensibilisant aux véritables impacts de l’oléoduc et appelant les gouvernements et les institutions financières à mettre fin à leur soutien à l’EACOP et à accélérer au contraire le développement des énergies renouvelables en Ouganda et en Tanzanie. L’oléoduc de pétrole brut d’Afrique de l’Est (EACOP) et le champ pétrolier Tilenga représentent une grave menace pour le monde du fait de leur impact climatique et sur les populations de Tanzanie et d’Ouganda. Le projet permettrait l’émission annuelle de plus de gaz à effet de serre que les émissions nationales combinées de la Tanzanie et de l’Ouganda, deux pays africains par ailleurs particulièrement vulnérables au changement climatique. L’EACOP déplacerait des milliers d’agriculteurs pauvres, menacerait les revenus et les moyens de subsistance, aurait un impact disproportionné sur les femmes, mettrait en danger l’approvisionnement en eau, dégraderait les habitats et diminuerait la biodiversité.


Des pétitions circulent aussi sur le sujet. Par exemple ici

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s