Aussi fragiles que des abeilles

Un autre article encore, paru celui-ci dans le journal La Croix du 29 août. Il s’agit en fait d’une réflexion proposée par Eric de Kermel, directeur de la revue Terre sauvage et passionné de la question de la nature. Suite à une rencontre organisée récemment au monastère de Solan (Gard) autour des enjeux de la rencontre entre les acteurs de la nature et ceux de la spiritualité, il s’interroge sur le retard du monde catholique dans la mobilisation écologique actuelle.

DL

2 commentaires Ajouter un commentaire

  1. Marie Claire dit :

    Merci de nous communiquer cet article auquel je souscris totalement… malheureusement!

  2. Yves Froissart dit :

    Réponse à Eric de Kermel « les catholiques sont ils passés à côté de la question écologique » ? (la Croix du 29 août)

    Eric de Kermel nous communique son point de vue de journaliste éditeur de presse, et pas de n’importe quelle presse! : Terre Sauvage, une presse attentive à la nature, je veux ici l’en remercier.

    Je ne veux pas laisser dire, ou tout au moins je veux nuancer fortement, un tel point de vue sur l’absence des catholiques en ce qui concerne la protection de la Nature. Mon métier concerne les politiques environnementales territoriales, essentiellement en milieu « laïque », et je suis catholique, très concerné par la réflexion sur « chrétiens et écologie ».

    Pour répondre à Eric de Kermel, j’en resterai à l’aspect « catholique » et à la protection de la nature en France, je prendrai deux exemples (parmi de nombreux autres possibles!) :

    1. Celui d’un paroissien de Saint Jacques du Haut pas, (Quartier latin à Paris), Jean Dorst, Directeur du Muséum National d’Histoire Naturelle, dont le livre « Avant que nature meure », en 1965, a été un coup de pied dans les certitudes des « trente glorieuses » en pleine apogée.

    2. Celui des scouts catholiques, dont la plupart ont gardé le 6ème article de la Loi Scoute dans la formulation française du père Sevin, prêtre catholique (« le scout voit dans la nature l’oeuvre de Dieu, il aime les plantes et les animaux »), qui résume à la perfection ce qu’est une spiritualité chrétienne ouverte à la nature (et qui diffère en cela de la formulation initiale de Baden Powell).

    De ces deux exemples, qui peut mesurer l’influence ?

    Le livre de Jean Dorst a influencé toute une génération de protecteurs de la Nature, en débouchant par exemple sur la loi sur la protection de la Nature de 1976, et inspiré un certain nombre de réalisations comme le Parc Ornithologique du Marquenterre, dont le créateur, Michel Jeanson, également catholique pratiquant, a été marqué par la lecture de ce livre. Cette dernière réalisation de protection de la nature est exemplaire et a fait beaucoup d’émules en France et à l’étranger.

    Pour ce qui est du scoutisme, qui présente plusieurs branches, dont les catholiques, en France, sont historiquement les plus nombreuses, j’ai découvert dans de nombreuses associations de protection de la nature Loi 1901, laïques, des bénévoles et des permanents scouts ou anciens scouts catholiques, « au service » des multiples tâches souvent ingrates de ce type d’engagement, avec au coeur l’exigence de l’article de la Loi scoute cité. Il en est de même d’un certain nombre d’élus et d’agents de collectivités et de l’Etat « très au service » que je rencontre au cours de mes travaux professionnels. Je n’ai pas suffisamment d’informations sur l’ancien scout catholique Jacques Chirac pour savoir ce qui l’a amené à décider du financement innovant de la Loi Littoral, suite à sa discussion avec le directeur (catholique) du Conservatoire du Littoral, Emmanuel Lopez, (décédé il y a quelques années).

    Pour élargir la question, il faudrait des livres pour décrire l’influence des monastères dans le paysage français, avec très souvent comme conséquences, plusieurs siècles après, une biodiversité remarquable… (au hasard quelques zones humides comme la Brenne, la Sologne, la Dombes….), ou bien l’engagement professionnel déterminant de certains agriculteurs catholiques dans le courant de l’agriculture biologique.

    Ceci dit, je conclurai en disant que malgré tout, je suis d’accord avec Eric de Kermel, trop peu de catholiques sont sensibilisés à la protection de la nature. Dans ce souci, et dans une logique œcuménique, nous avons créé un groupe informel dans notre département, « chrétiens et écologie dans le Loiret », qui organise pour la cinquième année consécutive une « journée de la création », dont l’un des objectifs est précisément de montrer des réalisations environnementales conduites par des chrétiens, et parmi eux… des catholiques…m ais oui, il y en a.
    (6 octobre 2012 à Ste Geneviève des Bois association le Pont de Pierre. contact : journeedelacreation@yahoo.fr)

    Yves Froissart
    Ingénieur agronome et écologue

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s