Les écolos argentins ont trouvé leur nouveau porte parole

« C’est une très bonne chose qu’un leader mondial prenne à bras le corps la priorité écologique ! Avec la capacité qu’à l’Église catholique pour rejoindre les gens, le fait que l’attention à l’environnement fasse partie des discours du pape est vraiment important : cela impliquera forcément davantage de monde ! »

diego_moreno_grDiego Moreno, directeur de la Fondation Vida Silvestre, la principale organisation de défense de l’environnement sauvage en Argentine fondée en 1977, ne peut que se réjouir des paroles de son concitoyen devenu pape. Le 19 mars, notamment, il avait déclaré : « Soyons les protecteurs de la Création, protecteurs du plan de Dieu inscrit dans la nature, protecteurs les uns des autres et de l’environnement. » Moreno poursuit :

« Les problèmes environnementaux sont la plupart du temps liés à ceux de la pauvreté, comme on peut le voir en Afrique ou en Amérique. Ainsi, ce sont souvent les plus pauvres qui vivent dans les zones les plus vulnérables au changement climatique et à la dégradation des sols. »

Les excès de la consommation, le gaspillage sont d’autres réalités dont l’impact sur les ressources naturelles est important, et sur lesquelles la parole du pape argentin peut aider à faire bouger les habitudes. Le cardinal Bergoglio avait lui-même présidé le comité qui avait permis l’élaboration du document final de la 5è conférence générale du CELAM (évêques latino-américains) à Aparecida, au Brésil, en 2007. Un document très sensible aux urgences écologiques, puisqu’il critique les industries extractives et de l’agrobusiness, du fait de leur manque d’attention aux droits économiques, sociaux et environnementaux des communautés locales. De même, l’introduction des OGM y est contestée (n’allant pas dans le sens d’une lutte adaptée contre la faim et pour le développement rural durable), et la nécessité de la protection du riche patrimoine naturel de l’Amazonie, contre les pilleurs de tout ordre, notamment de l’industrie pharmaceutique, soulignée.

« le pape François va mettre la crise écologique très en avant dans ses priorités pastorales. C’est ce qu’il a montré dans sa messe inaugurale quand il évoquait la protection sous ses trois dimensions, entre nous, envers les autres et envers la Création. Ces ‘autres’, ce sont notamment les plus pauvres qui souffrent le plus des conséquences de dégradations environnementales. (…) Face à ces défis, l’Eglise ne peut « qu’appeler pour une éthique de l’austérité, un changement de mode de vie qui nous débarrasse de la consommation débridée actuelle. » Mais, « l’Amérique latine se sent-elle prête à changer de modèle industriel, en renonçant à l’extraction de ses ressources naturelles ? »

Source : Article IPS, par Marcela Valente

DL

PS : cet article est aussi présenté sur le blog « Générations François »

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s