Une Eglise qui n’a pas froid aux yeux

L’église de la Sainte-Trinité, sur la base antarctique russe de Bellingshausen.En Antarctique, on trouve de la neige, des glaciers, quelques scientifiques et des pingouins. Et aussi une église.

Ce sera en fait la troisième du genre, après les chapelles Saint-Jean-de-Rila (sur la base bulgare Saint-Clément-d’Ohrid, sur l’île Livingston) et Saint-Prince-Vladimir (sur la station ukrainienne Académicien-Vernadsky, sur l’île Galindez). Mais la première active en permanence sur le continent blanc, située sur la base russe Bellingshausen, sur la péninsule Fildes (archipel des Shetland du Sud).
Pour l’occasion de la consécration de cette église de la Sainte Trinité, l’évêque orthodoxe russe Iakov de Naryan-Mar et Mezensk – qui avait déjà célébré une messe au pôle Nord en 2011 – accompagne l’expédition.
Les deux pôles seront réunis pour l’occasion puisque l’église est construite en cèdre et en mélèze de l’Altaï (Sibérie). Une opération au bilan carbone donc, somme toute, assez particulier.

DL

Source : Article La Croix Nicolas Senèze (avec Interfax et Apic)

Credit photo : James L. Boka/CC/Wikipedia

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s