DECLARATION – Ca chauffe aussi dans les conférences épiscopales

Pour ne pas l’oublier, au moment de la COP24 à Katowice (Pologne), il y a quelques semaines, plusieurs archevêques ont pris la parole pour demander aux responsables politiques d’avoir le courage d’agir avec ambition.

Signé par six archevêques, responsables des groupements continentaux des conférences épiscopales, il a été rédigé en collaboration avec le réseau Caritas Internationalis et d’autres organisations catholiques engagées pour le climat, la CIDSE et le Global Catholic Climate Movement.

Quelques extraits :

«Nous appelons à prendre des mesures ambitieuses et immédiates pour combattre et surmonter les effets dévastateurs de la crise climatique». // « Nous avons entendu  » le cri de la terre et le cri des pauvres  » » // « Il faut résister à la tentation de rechercher à court terme des solutions purement technologiques à notre situation actuelle, sans traiter les causes profondes et les conséquences à long terme». // « Il est nécessaire de supprimer progressivement les subventions aux combustibles fossiles et d’éloigner les investissements des compagnies qui continuent d’exploiter de nouvelles réserves d’une manière incompatible avec l’objectif de l’Accord de Paris de limiter la hausse des températures». //L’agriculture «ne devrait pas être utilisée pour son seul potentiel de captage du carbone ni pour favoriser les intérêts des grandes entreprises au détriment d’agriculteurs pauvres et de la santé de la population» // «Nous croyons fermement que cette conversion écologique est aussi un défi spirituel»


Ce sont donc les évêques responsables des Conférences épiscopales continentales qui interpellent ainsi les dirigeants politiques et économiques. Ils partagent le sentiment d’urgence, insistant sur la nécessité d’une justice intergénérationnelle, de la dignité humaine et des droits humains. Ils demandent donc la mise en place de politiques qui garantissent de garder l’élévation moyenne de température mondiale en dessous des 1,5°C, tout en poussant à une transition active vers des modes de vie plus durables. L’appel insiste aussi sur le respect des populations indigènes et de leurs savoirs et demande une rupture dans les modèles économiques pour prendre en contact l’accord de Paris sur le climat. Cela passe nécessairement, selon eux par une transformation du secteur énergétique, en s’orientant activement vers les énergies renouvelables. Et par l’évolution du monde agricole pour garantir l’accès à une nourriture accessible et saine pour tous, en promouvant tout particulièrement  l’approche agroécologique.

Cet appel, signé par Mgr Jean-Claude Hollerich (President du COMECE), le cardinal Angelo Cardinal Bagnasco (President du CCEE), le cardinal Oswald Gracias (President du  FABC), Mgr Peter Loy Chong (President du FCBCO), Mgr Gabriel Mbilingi (President du SECAM) et le cardinal Rubén Salazar Gómez (President du CELAM), a été soutenu aussi par les responsables du CAFOD (l’équivalent du CCFD- Terre solidaire britannique), qui ont rappelé que
« les pays les plus pauvres sont tous les jours sur le front de la crise climatique et ils ne peuvent pas être abandonnés à leurs propres forces. Nous devons agir maintenant pour les soutenir en quittant l’industrie des énergies fossiles, en consommant moins et en vivant plus simplement. ».
DL
Source : https://www.indcatholicnews.com/news/35883 / Et article d’Adélaïde Patrignani – Cité du Vatican

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s