RENDEZ-VOUS -de l’eau pour tous, évidemment ?

2018 ECOLOGIE Eglise Dicastère EauLe 8 novembre 2018, en lien avec le discours du pape François à la FAO, une conférence sur le thème de l’accès à l’eau potable a été organisé par le Dicastère pour le service du développement humain intégral (DSDHI).

Déjà en 2015, le pape François  affirmait que « l’accès à l’eau potable est un droit humain fondamental et universel ».Du côté de l’ONU, il y a aussi l’ambition « d’ici à 2030, d’assurer l’accès universel et équitable à l’eau potable, à un coût abordable ».  Il est intéressant de noter que les enjeux liés à l’eau ont souvent été traités d’abord sous l’angle financier et technique, au détriment de celle de la responsabilité, de la gouvernance, de l’éducation, de la place des communautés locales et de la spiritualité.

Vivant dans des régions où la disponibilité et l’approvisionnement en eau sont considérés des acquis, certaines sociétés montrent une conscience et ainsi une compassion insuffisantes au sujet du manque d’eau dans d’autres régions. Ne pas avoir un accès adéquat à l’eau potable est vraiment une réalité quotidienne et terrible pour des millions de personnes. Au niveau planétaire, il existe d’importantes lacunes et inégalités dans l’accès à l’eau potable et à ses services, tels que l’assainissement et les données relatives à l’eau. L’Organisation Mondiale de la Santé note que : « Sur les 2,1 milliards de personnes qui n’ont pas accès à l’eau gérée en toute sécurité, 844 millions ne bénéficient même pas d’un service élémentaire d’approvisionnement en eau potable. Parmi ces personnes, 263 millions vivent à plus de 30 minutes du premier point d’eau et 159 millions continuent à boire de l’eau de surface non traitée puisée dans des cours d’eau ou dans des lacs ». Qui plus est, au niveau national et international, l’action en faveur de l’eau est souvent fragmentée. Ceci-dit, au-delà des statistiques et des principaux engagements internationaux, le simple fait que l’eau est, et demeurera toujours, un élément essentiel pour la vie mérite d’être encore une fois fermement affirmé. Des distinctions bien claires sont en effet conditionnées par l’accès à l’eau : la distinction entre la mort et la survie, entre la survie et divers degrés de bienêtre. (…) Les questions liées à la pollution et à la potabilisation, à la santé, aux prélèvements et aux infrastructures, à la participation aux prises de décisions, à la hiérarchisation des utilisations concurrentes de l’eau douce, aux investissements et au recouvrement des coûts, à l’éducation et à la culture – entre autres – méritent une attention et un engagement urgents. Nous avons besoin d’une vision et d’une action intégrales et à plusieurs niveaux pour faire face aux défis liés à l’accès universel à l’eau potable. Le défi, en fin de comptes, est la gouvernance d’un bien commun.

Parmi les intervenants, on peut noter l’intervention du Prof. Luca Pandolfi, Université Pontificale Urbaniana, Faculté de Missiologie, de celle de Mgr Bruno Marie Duffé, secrétaire du Dicastère, sur la spiritualité biblique et le symbolisme de l’eau dans les Ecritures et la liturgie, celle du Prof. George Panyin Hagan, ancien Président de la Commission nationale de la culture du Ghana sur la place de l’eau dans certaines cultures et traditions africaines. Sans oublier Mme. Keila Marães Giffoni, Secrétaire exécutive de la « Région Nord II » de Caritas Brésil, sur la place de l’eau en Amazonie. etc.

DL

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s