TEMPS POUR LA CRÉATION 8/34

Récemment, le pape François a appelé plusieurs nouveau cardinaux, venus d’un peu partout. Parmi eux, l’évêque nord américain Robert Mc Elroy est à repérer. Car dans cet épiscopat assez conservateur, il détonne par sa proximité et ses engagements à la suite du pape argentin, notamment sur les défis environnementaux.

Lui même est évêque de San Diego, un diocèse californien qui a mis en pratique l’écologie intégrale. Ainsi à ce jour, la moitié des paroisse (58 sur 97) ont installé des panneaux solaires. Le diocèse a aussi rejoint la plateforme d’initiatives Laudato si lancée par le Vatican il y a quelques mois. En août dernier, ce diocèse a aussi un des rares à signer une lettre adressée au Congrès américain pour soutenir le projet de loi de lutte contre le changement climatique.

Dans l’épiscopat américain, Mgr McElroy porte activement le message de l’encyclique Laudato si, parlant de l’environnement comme un problème central, à côté d’autres problématiques, comme celle de la bioéthique souvent centrales des communautés plus conservatrices. La menace mortelle de l’avortement est bien sûr plus immédiate, mais la menance à long terme d’un changement climatique non accompagné est encore plus grand et menace même le futur de l’humanité elle-même. »

En 2019, lors de la 3e conférence du réseau Catholic Climate Covenant, l’évêque rappela que l’encyclique Laudato si soutient ceux qui sont déjà engagés pour lutter contre les menaces sur l’environnement. Mais surtout, elle met en lumière que tout est lié et que les grandes crises sont connectées. Tout progrès dans une dimension nécessite une attention à l’ensemble de la personne humaine, de la famille humaine et de la planète toute entière. Du coup, Mgr McElroy proposa de rejoindre des initiatives inter-religieuses sur ce sujet pour qu’écoles catholiques et paroisses deviennent des « centres où la vérité sur les menaces sur la création divine sont exprimées », de manière soutenir l’engagement notamment des plus jeunes,.

L’évêque de San Diego est aussi un des trois prélats nord-américains présents au synode sur l’Amazonie et y exprime que les relations de l’humanité avec la nature doivent être imprégnées « d’intimité, du sens du sacré, du don et du soin. »

En 2017 déjà dans son diocèse, avait été lancé un ministère spécifique pour le soin de la Création, pour développer des projets paroissiaux. les animateurs ont souligné à quel point le soutien très actif de l’évêque avait facilité leurs travaux au sein des réseaux locaux.

Avec d’autres évêques de Californie, Mgr McElroy a publié une proposition pastorale pour l’application locale de l’encyclique. Notamment en proposant aussi d’inscrire dans le parcours scolaire des étudiants une formation progressive sur le lien à la Création, de manière à avoir une validation académique en 2023-2024.

En mai 2020, pour le 5e anniversaire de l’encyclique, mgr McElroy a vivement contesté le discours disant qu’il faudrait sans deoute quelques décennies avant que l’enseignement du pape puisse pleinement entrer dans les perspectives sociales et ecclésiologiques. « Nous n’avons pas 40 ans pour prendre à bras le corps les questions climatiques. Et nous devons prendre la mesure de ce défi comme un collectif communautaire. Je suis très préoccupé de voir que nous avançons sans avoir pris la vraie mesure de cette nécessité collective. »

Source : Art. Earthbeat / NCR Brian Roewe

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s