Rappel théologique…

Une petite note de lecture stimulante pour les apprentis théologiens de la cause écologique…

« Se démarquer sans mépriser, prophétiser sans condamner, ouvrir un espace original sans clore celui qui permet l’échange démocratique, se tenir à l’écoute respectueuse des figures singulières et souvent tragiques de la souffrance et de l’injustice, se garder d’une vision globale ou d’une explication totalitaire, désigner l’incomplétude du désir et le vide au cœur de l’existence et de l’histoire non comme des incitations à la création, telle peut être la tâche de la théologie. Elle ne prétend pas se substituer à la philosophie incertaine, mais nourrir dans l’échange avec elle sa propre limitation ; elle se conforte dans la fréquentation des approches existentielles que romans, poésies et arts divers mettent à disposition ; elle se fait humble à la proximité des « trous noirs » de la misère ; elle ne s’exonère pas du pessimisme ambiant auquel condamne la violence de notre histoire ; elle s’étonne de la beauté du monde et admire les réussites humaines ; elle reprend vigueur au contact des femmes et des hommes de courage, chrétiens ou non, qui ne se laissent pas aller à la fatalité. »

in : Christian Duquoc, La théologie en exil. Le défi de sa survie dans la culture contemporaine, Bayard, 2002, p. 116-177.

DL

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s