Mystique d’une écologie – Partie 2

(suite du texte de Jean Bastaire)

Émerveillement et beauté

Un premier trait vient à l’esprit : l’émerveillement. C’est le plus traditionnel et non le moindre. Il est au contraire à la base, à la source. L’eau en ruisselle au fondement de toutes les religions et bien entendu de la Bible. Si l’homme est empli de crainte devant la nature, il éprouve d’abord envers elle un ravissement.

OLYMPUS DIGITAL CAMERA« Les cieux racontent la gloire de Dieu » (Ps 18). Quelque chose d’ineffable nous est dit. Une lumière nous parle, nous appelle, silencieuse et triomphante. Son rayonnement peut être parfois obscur et nous écraser. Rien n’y fait. Nous la supplions de nous relever et de nous redonner la force de lui rendre grâce.
Cet émerveillement nous communique l’expérience de la beauté. La perfection des créatures nous imprègne d’un sentiment d’accomplissement. Nous sommes rassasiés en elles du besoin d’obtenir la plénitude ; plus encore, la beauté en nous laissant entrevoir le sens du monde auquel nous participons, nous révèle le sens de notre propre existence. Cette beauté de l’univers nous révèle alors notre propre beauté, la fait résonner en nous. Nous sommes embellis par elle. Mais elle ne nous vient pas de l’extérieur. Elle n’est pas un apport étranger. Elle éveille une parenté originelle et suscite en nous une émulation pour l’offrir.
Aussi ne la contemplons-nous pas en spectateur. Nous ne la goûtons pas comme un esthète qui simplement apprécie les formes, déguste les saveurs, se gorge d’une lumière qu’il ne croyait pas posséder lui-même et qu’il découvre dans ce commerce. Même si nous n’en avons pas ou peu conscience, ce n’est pas un bien inconnu dont nous nous enrichissons, mais un patrimoine qui nous est commun avec tout l’univers. L’artiste est celui qui a reçu mission de révéler et de transmettre cette identité de la beauté de l’homme avec la beauté du monde. L’esthète est un fruit sec qui se contente d’en jouir.

Fraternité et communion

De cet émerveillement devant la Création naît le sentiment de fraternité. Si nous éprouvons une telle ressemblance, c’est que nous procédons d’une même origine. (…)

(suite très bientôt)

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s