Schiste not so pretty

621797-opposants-exploration-exploitation-gaz-schisteAlors que le gouvernement de Grande Bretagne semble de plus en plus tenté d’ouvrir la porte à l’exploitation des gaz de schiste, des voix s’élèvent pour rappeler le danger de cette industrie. Parmi elles, des catholiques tel Chris Halliwell, prêtre du diocèse de Blackburn.

« Il ne s’agit pas simplement d’avoir un regard négatif sur ces techniques, précise le révérend Chris Halliwell dans un entretien au Lancashire Telegraph. Cela part d’abord de la conviction sincère qu’il faut prendre sérieusement en compte les défis permettant une vraie protection de la fragile Création voulue par Dieu. »

Aux Etats Unis aussi des catholiques commencent à sortir du silence. David Andrews, ancien directeur de la Conférence nationale catholique pour le monde rural, qui travaille désormais au Food and Water Watch, réagit ainsi par exemple :

« La plupart des groupes religieux partagent les principes moraux de la dignité humaine, la protection de la Création et le soucis du bien être animal. Sur tous ces aspects, la fracturation hydraulique nous interpelle. En effet, elle perturbe les communautés humaines et la Création. Nous ne savons pas quels sont les effets à long terme, mais nous savons déjà assez pour voir les profits colossaux que les industriels se font à partir de cette production, avec peu de soucis pour la santé des personnes, des animaux et de la nature. »

En février déjà, une coalition de sept leaders religieux new yorkais avait exprimé, au sein d’un documentaire réalisé par Doug Wood, leur soucis concernant les défis de la fracturation hydraulique. Ainsi par exemple, pour le seul Etat du Colorado (cf. article du Pèlerin du mois de juin), ce sont plus de 160 fuites qui ont été constatées pour les 6 premiers mois de l’année 2013 parmi les 5000 puits de gaz et de pétrole de cet Etat en plein boum énergétique.

Dans l’Ohio, une religieuse engagée dans la pastorale, Sr Mary Cunningham a publié récemment un essai sur la question de manière à aider ses paroissiens à prendre la mesure de ce qui est en jeu. Il faut dire qu’elle sait de quoi elle parle. Vivant à 5 km des puits de Youngstown, sa région a connu une douzaine de tremblements de terre ses 10 dernières années. Au point que le gouverneur de l’Etat ait du demander l’arrêt des fracturations dans la région. Sr Nora Nash, religieuse dans l’Etat de Pennsylvanie, est engagée de longue date sur la question, interpellant notamment  les grands industriels du pétrole notamment.

« Notre rôle principal aujourd’hui est de faire tout notre possible pour être sûr que les industriels sont poussés à suivre les critères standards dans toutes les zones d’exploitation. »

DL

Source : Article de Trisha Marczak, Faith and Fracking : a religious case for the Environment

A noter du même journaliste, un article présentant la technique en cours de développement du « dry fracking » qui n’utilise plus de l’eau mais un autre mélange encore plus détonant…

Crédit photo : JUSTIN TALLIS, ARCHIVES AFP

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s