THEOLOGIE – Quand les Grecs payent leur dette … théologique à leurs Pères

ECOLOGIE Grèce

Comme beaucoup l’ont fait remarquer ces mois derniers, la crise qui secoue la Grèce n’est pas seulement une crise économique mais une crise globale de la société, qui doit susciter la réflexion de l’Église. Cette crise concerne notre façon d’envisager la société. La préférence pour l’enrichissement personnel au mépris du bien commun, la manque d’une justice sociale, la corruption d’une grande partie du monde politique, la manque d’une conscience écologique, l’entrée d’un parti politique néo-nazi au parlement et ses prises de position (refus de l’autre, de l’étranger) etc., sont des questions urgentes qui perturbent la société. Ces problèmes résonnent comme un cri d’alarme pour l’Église Orthodoxe Grecque qui n’ a pas le droit de se taire. Au contraire, grâce à son « éthos ascétique », son « esprit eucharistique », elle peut proposer une autre manière de concevoir la société, une nouvelle conversion (metanoia) « sociétale », une nouvelle conversion « écologique », une « solidarité appliquée » du fait que chacun de nous est responsable pour toute personne et toute chose (cf. Ep. 4, 25).

La citation est extraite d’un article de théologie de Christos Filiotis-Vlachavas, intitulé  » La théologie orthodoxe grecque, entre retour aux Pères et appel de la modernité. », et publié récemment sur le site de la Revue des Sciences religieuses. L’article est de 2015.

Un article intéressant qui montre la tension contemporaine dans la théologie orthodoxe grecque, qui a repris des forces, dans les années 60, en redécouvrant l’enracinement de sa réflexion dans les premiers Pères de l’Eglise et tout particulièrement Grégoire Palamas. Mais qui, depuis, a retrouvé une forme de conservatisme intellectuel qui a du mal à penser et à dialoguer avec la Modernité et les sociétés contemporaines. A moins que les Pères de l’Eglise ne deviennent une source d’inspiration pour cela, plutôt qu’un réservoir de concepts antiques.

Une étude intéressante qui met aussi en perspective l’originalité de l’approche du Patriarche Bartholomée qui, contre vents et marées, et souvent contre les milieux les plus conservateurs de sa propre communauté, tente, avec la question écologique, d’ouvrir une voix plus apaisée et plus productive pour la théologie grecque.

DL

Voici le résumé de l’article cité à lire en entier ici.

Deux Facultés de Théologie (Athènes et Thessalonique) et quatre Académies Ecclésiastiques développent l’enseignement et la recherche théologique en Grèce. Si, à cause de l’influence de la tradition allemande protestante lors de la création de ces Facultés au 19e s., la théologie universitaire en Grèce a été qualifiée d’« occidentale », de « conceptuelle » et d’« étrangère » à sa propre tradition, la deuxième moitié du 20siècle est marquée par le « retour aux Pères », inauguré par la redécouverte de la pensée théologique de saint Grégoire Palamas et la publications de ses œuvres. Un équilibre est à trouver entre la fidélité à la tradition patristique vivante et le contact avec la société contemporaine, et deux tendances théologiques s’affrontent : l’une, qui se dit « ecclésiale » insiste sur l’importance des Pères pour notre époque en mettant en valeur le caractère « existentiel » de la théologie patristique ; l’autre prend ses distances à l’égard de celle-ci et de la Tradition, et elle considère que la théologie en Grèce a manqué le train de la modernité et de la post-modernité.

 

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s