ECOLOGIE HUMAINE -Le visage indigène de l’Eglise

le

2018 ECOLOGIE Eglise pape François autochtonesAlors que se prépare le prochain synode de l’Amazonie, en octobre 2019, la journée internationale des populations autochtones instituée en 1994 par l’ONU a été l’occasion pour Mgr Fernando Chica Arellano, observateur permanent du Saint-Siège à la FAO, de louer ces populations nomades.

«Une richesse pour l’humanité»: c’est ainsi Mgr Chica Arellano, le diplomate espagnol du Saint-Siège près de la FAO (l’Organisation des Nations unies pour l’alimentation et l’agriculture, basée à Rome), qualifie les peuples autochtones, célébrés ce 9 août depuis 24 ans. Sur notre planète, il existe environ 5 000 groupes autochtones, représentant près de 370 millions de personnes, présents dans près d’une centaine de pays, constate d’emblée Mgr Arellano à l’Osservatore Romano. Cela correspond à un peu plus de 5% de la population mondiale et constitue l’un des groupes les plus vulnérables et les plus défavorisés, car, avance-t-il, les autochtones comprennent 15% des personnes les plus pauvres du monde. De plus, il ne faut pas oublier qu’environ 75% de la population amazonienne, y compris de nombreux autochtones, vivent en ville. Cette diversité culturelle cache souvent «une inégalité économique profonde, l’exclusion sociale et la discrimination politique», déplore l’évêque espagnol.

Ainsi selon Mgr Arellano, l’enjeu est de construire cette fameuse «Église à visage amazonien et à visage indigène», sans verser dans un «visage idyllique», tempère-t-il.  Pour cette raison, il s’agit d’écouter ce que disent les peuples autochtones. Leurs paroles prophétiques sont, entre autres, précieuses, renchérit-il, rappelant le discours du Pape François aux participants du troisième Forum des peuples autochtones, en février 2017. Le Souverain pontife avait pointé la nécessité de concilier le droit au développement des droits sociaux et le culte avec la protection des caractéristiques autochtones et celles de leurs territoires. Les indigènes amazoniens sont une «une mémoire vivante de la mission que Dieu a confiée à nous tous: prendre soin de la maison commune», estimait-il lors de son voyage apostolique au Pérou en ce mois de janvier 2018.

 

Source : Vatican News

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s