LILLE – Clameurs de la terre et des pauvres

UlrichL’archévêque de Lille, Mgr Laurent Ulrich a publié le 6 décembre une déclaration pour proposer une réflexion sur la crise sociale actuelle en France. Après avoir évoqué la situation d’abandon de certains citoyens dans le pays et la fracture numérique qui isole les personnes, il évoque aussi la nécessaire conjugaison entre court et long-terme qui est un défi urgent à assumer.

Extrait de cette déclaration :

Passer à l’action politique, c’est-à-dire à la responsabilité, au dialogue, aux propositions à discuter, à la représentation, voilà l’étape d’aujourd’hui. On sent bien que le cœur n’est pas encore prêt à ce passage… mais c’est une étape nécessaire ; il n’y a pas de société qui tienne sans cela.

Personne ne peut vraiment nier qu’il existe une urgence écologique, un réel besoin de diminuer l’empreinte de notre activité humaine sur la bonne santé de notre planète. Et l’accroissement de nos demandes énergétiques réagit, on le voit clairement, sur ceux qui ont le moins de capacité financière, les plus pauvres ; elle est bien vraie l’analyse du pape François : « Tout est lié ! » (9 fois dans l’encyclique Laudato si’) (1) : il nous faut « écouter tant la clameur de la terre que la clameur des pauvres. » (2). On aura beau dire qu’on ne peut pas être un jour pour la modération de la consommation énergétique et le lendemain pour continuer à épuiser nos ressources. Mais voilà : on ne peut pas continuer à réduire à l’indigence ceux qui ont déjà du mal à vivre tout simplement. Les changements trop brusques de cap ne peuvent que cabrer… Je prie Dieu notre Père chaque jour en lui confiant notre pays pour qu’il nous conduise sur les chemins du bien commun, de la justice et de la fraternité.

3 commentaires Ajouter un commentaire

  1. Denis Schiffmann dit :

    Remarquable expression épiscopale pour définir l’écologie intégrale
    Merci

  2. catherine dit :

    Pardon pour cette réaction mais j’ai retrouvé ce même type de discours de l’Eglise,il y a 20 ans, en triant mes archives récemment. Je ne crois plus à ces mots rabâchés sans un engagement concrêt sur le terrain. J’ai quitté les rang de l’église, mais pas le Christ, parce que les représentants deviennent aussi inaudibles que nos politiques. Un vieux monde les encombre et les immobilise pendant que sur le terrain, poussés par la force du réel, on est obligé d’improviser. C’est parfois moins organisé qu’un discours mais dans la tempête c’est plus utile! Et « laudato si » suffit pour se retrousser les manches.

  3. Pour poursuivre cette réflexion, je vous invite à écouter l’interview de Jean-Christophe Picard, un des responsables d’Anticor (association indépendante de lutte contre la corruption et l’évasion fiscal), sur le lien ci-dessous. Une heure pour nous dire que chaque citoyen a sa part de responsabilité dans la gestion de notre pays. Une leçon de citoyenneté, expliquée par une personne brillante, et sans langue de bois.
    Ne baissons pas les bras.
    Michel

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s