SYNODE – Jour 3 – Des jeunes et des clergymen

le

Capture d’écran 2019-10-07 à 15.30.26Hier après midi, les travaux du synode se sont poursuivis pour la 2e congrégation générale. Il s’agissait notamment d’élire les futurs rédacteurs du document final et ceux chargés de l’information. Puis les discussions ont repris sur de nombreux sujets d’actualité.

Les synodes se suivent sans se ressembler mais en tissant du lien. Celui sur l’Amazonie gagnera ainsi à manifester sa proximité avec les réflexions des plus jeunes recueillis dans le synode précédent. A l’image de l’activiste suédoise Greta Thunberg, ces jeunes interpellent la cohérence des générations précédents. Plusieurs délégués ont aussi souligné d’emblée la question des eaux souterraines du fait des activités minières massives, la question du climat, l’héritage du colonialisme des siècles passés, la préservation des cultures indigènes et leur intégration dans l’approche liturgique chrétienne, ainsi que l’accès aux sacrements (pour éviter une Eglise à plusieurs vitesses…). On a même parlé de l’Eglise comme écosystème complexe, avec une «merveilleuse biodiversité spirituelle» qui s’exprime dans diverses communautés, expressions culturelles, formes de vie consacrée et ministères.

 

Ce matin, mardi, avec la reprise des discussions, des propositions aussi émergent.

Capture d’écran 2019-10-08 à 10.22.10.png

Ainsi le cardinal Baldisseri propose que pour les sessions suivantes, les délégués épiscopaux pourront venir en simple clergyman, plutôt que leur tenue épiscopale complète. Une proposition immédiatement applaudie par l’assemblée…

 

 

STRUCTURE d’ANIMATION
Profitons en pour redonner quelques informations sur l’animation de ce synode.
C’est le cardinal Hummes qui préside la dynamique d’ensemble. C’est lui qui a redonné hier, en ouverture, les éléments concrets pour avancer. Il a ainsi listé les sept points de réflexion majeure pour la dynamique des travaux, en invitant les délégués de ne pas se laisser «submerger par l’autoréférentialité, mais par la miséricorde face au cri des pauvres et de la terre». :
  • l’Église en sortie en Amazonie et ses nouveaux chemins;
  • le visage amazonien de l’Église : inculturation et interculturalité dans l’environnement missionaro-ecclésial ;
  • les ministères dans l’Église en Amazonie : presbytérat, diaconat, ministères, le rôle de la femme ;
  • l’action de l’Église dans le soin de la Maison commune: l’écoute de la Terre et des pauvres, écologie intégrale environnementale, économique, sociale et culturelle;
  • l’Église amazonienne dans la réalité urbaine ;
  • la question de l’eau;
  • autres.
Dans ce travail d’animation, il est soutenu par le cardinal Baldisseri, secrétaire général du synode des évêques, Mgr Mario Grech, secrétaire général adjoint et le cardinal Michael Czerny et Mgr David Martinez de Aguirre Guinea, secrétaires spéciaux. Trois autres membres vont être nommés dans les jours à venir.
On peut donc noter qu’ont été élus pour l’élaboration du document final les délégués suivant.
  • Mgr Mario Antonio Da Silva, évêque de  Roraima au Brésil;
  • Mgr Héctor Miguel Cabrejos Vidarte, o.f.m., archevêque de Trujillo et président de la Conférence épiscopale du Pérou;
  • Mgr Nelson Jair Cardona Ramírez, évêque de San José del Guaviare en Colombie
  • Mgr Sergio Alfredo Gualberti Calandrina, archevêque de Santa Cruz de la Sierra, en Bolivie.

A noter que le cardinal mexicain Carlos Aguiar Retes, archevêque de Mexico, a préféré laisser sa place à un délégué directement issu de la région amazonienne.

Pour la commission pour l’information, ont été nommés :

  • Mgr Erwin Kräutler, c.pp.s., prélat émérite de Xingu, au Brésil ;
  • Mgr Rafael Cob García, vicaire apostolique de Puyo, en Équateur ;
  • Mgr José Ángel Divassón Cilveti, s.d.b., ancien vicaire apostolique de Puerto Ayacucho au Venezuela.
  • P. Antonio Spadaro, directeur de La Civiltà Cattolica.

Ils s’ajoutent à l’équipe présidée par

  • Paolo Ruffini, préfet du Dicastère pour la communication,
  • P. Giacomo Costa, secrétaire
  • Matteo Bruni, le directeur de la Salle de Presse du Saint-Siège
  • Andrea Tornielli, le directeur éditorial du Dicastère pour la Communication
  • Sr Maria Ines Lopes dos Santos, assesseur de la Commission épiscopale pour l’Amazonie au sein de la conférence épiscopale du Brésil.
  • Mauricio López Oropeza, secrétaire exécutif du Repam, le Réseau ecclésial panamazonien.

 

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s