CANADA – La réconciliation par la culture, la prière et la solidarité

Evêque américainConnaissez-vous Mgr Murray Chatlain ? Ce prélat canadien, né à Saskatoon (Saskatchewan), membre du Conseil catholique aborigène de la Conférence épiscopale canadienne, a participé à une récente rencontre pour soutenir les cultures indiennes locales.

Il accompagne aussi le diocèse de Keewatin-Le Pas, riche de 40 000 catholiques, dont une grande majorité d’Amérindiens canadiens.

Mais ces terres indiennes ont aussi une mémoire douloureuse. Celle d’une politique civile et religieuse dans le passé qui a tenté d’effacer la culture indienne des enfants, pour les forcer à s’insérer dans le pays. Les étudiants indigènes avaient interdition de parler dans la plupart des 44 internats gérés par des institutions catholiques dans le pays entre 1820 et les années 1990.

Indigenous students were banned from speaking their native languages in many of the 44 residential schools operated by Catholics from the 1820s through the mid-1990s.

AInsi, par exemple Rosella Kinoshameg se souvient de la manière dont on l’a fait taire dans son école catholique lorsqu’elle s’exprimait en Ojibway, sa langue natale. Les années ont passé et les mentalités ont changé. Désormais, elle est engagée dans un programme de protection et de redécouverte de ces langues indigènes.

C’est en fait le cercle Notre Dame de Guadalupe qui est à l’oeuvre. Cette coalition nationale des peuples autochtones, rassemble des laïcs et des consacrés qui oeuvrent à ce travail de réconciliation des cultures. Et cela passe par la préservation des langues locales, comme l’avait déjà demandé la Commission Vérité et réconciliation dans le passé.

 

« Pour l’Eglise d’aujourd’hui, offrir un chemin aux gens pour accéder et réapprendre leur propre langue, est un pas énorme dans la réconciliation », explique Kinoshameg.

Le 28 octobre dernier, le Cercle a publié une lettre et une vidéo qui reconnaissent cette forme d’injustice dans le passé à l’égard des peuples autochtones. Cet évènement s’est déroulé dans l’église du Sacré Coeur des peuples premiers, à Edmonton.

C’est, en effet, une église très en pointe sur la prise en compte des cultures locales.Les célébrations, lectures, chants sont ainsi souvent exprimés en langue Cree ou Dene. Des gestes traditionnels des cultures autochtones sont aussi repris, tel l’offrande d’herbes qui sont brûlées.

La présence de Mgr Chatlain à cette journée à Edmonton a été une manière de valider ce travail dans cette église et qui peut servir d’exemple à d’autres. Il a ainsi évoqué cette forme d’intégration très positive de la culture indienne dans la culture catholique. Et il a aussi encourager à désormais promouvoir les langues autochtones après ces décennies sombres.

Mais les choses ne sont pas faciles. D’abord parce que selon l’ONU, 40 % des langues indigènes sont menacées désormais. Et au Canada, seuls 14 % des Canadiens autochtones ont une langue locale comme langue maternelle. Du coup, beaucoup de jeunes Amérindiens dans les paroisses ont une très faible expérience de leur propre langue indigène. Il faut donc que les aînés prennent toute leur place pour assurer une transmission. Il faut aussi assurer la traduction des prières liturgiques pour aider les plus jeunes à les incorporer dans leur pratique personnelle. C’est désormais le cas en Ojibway, Squamish et Cree. Il faut aussi que les célébrants intègrent ces traductions dans leur manière de célébrer.

Derrière ce travail d’inculturation, il y a un profond changement de regard sur les communautés autochtones. Leur culture revient désormais en lumière. Mais aussi les blessures de ce peuple, et notamment les violences à l’égard des femmes autochtones qui sont une cruelle réalité (avec des enlèvements réguliers de femmes). Le travail de réconciliation doit donc aborder toutes ces dimensions : dans l’élan des intuitions du pape François, l’Eglise du Canada retourne dans ses périphéries et doit oeuvrer à la guérison des peuples qui y vivent

E&E

Source : NCR

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s