LOURDES – Conclure n’est pas mettre un point final

le

Lors de l’ouverture de l’assemblée plénière des évêques, Mgr Eric de Moulins-Beaufort a évoqué le questionnement écologique. Extrait



En ce premier jour et demi, nous voulons conclure trois années de travail consacré aux conversions qu’appelle la crise écologique dans laquelle notre humanité est engagée. En juillet 2019, le conseil permanent nouvellement élu s’était demandé quelle trace notre époque laisserait dans l’histoire. Avec la mise au jour de l’ampleur terrible des abus, la prise de conscience des limites de notre terre et de la dégradation de la « maison commune » du fait de l’enfermement de l’humanité dans un paradigme technico-économique a paru être le fait déterminant. Le Pape François, dans son encyclique Laudato Sí publiée en juillet 2015, avait fait entendre une voix forte et originale qui a ouvert une compréhension spirituelle profonde de cette crise. L’encyclique unit formidablement question écologique et question sociale, elle fait des enjeux écologiques des enjeux de justice et de fraternité entre les humains, elle engage à renouveler les paradigmes qui commandent nos représentations et nos actions. Elle puise dans les sciences contemporaines une vision lucide de la situation et des voies d’avenir, mais elle puise plus encore dans la tradition chrétienne l’audace d’appeler à un sursaut à partir des besoins et des attentes des plus pauvres. Elle fait regarder la terre non pas comme un réservoir de ressources dont les humains tirent ce qu’ils veulent mais comme le signe d’une destinée commune non seulement de l’humanité mais de tous les êtres, où se découvre l’appel de Dieu à l’hospitalité mutuelle et à l’amour pour tous. Le conseil permanent avait alors imaginé une première assemblée de travail sur les défis de la crise écologique en y introduisant une dose de synodalité, chaque évêque étant appelé à inviter deux personnes à l’accompagner. Nous avons été secoués et émus par les paroles qui nous furent adressées en novembre 2019, et l’assemblée a voté le principe de consacrer un jour et demi de chacune de ses rencontres pendant trois ans à cette thématique immense. Nous avions compris en effet qu’elle touchait notre annonce de la bonne nouvelle du salut. Un des premiers intervenants avait repris pour nous l’appel de Jonas : « Encore trois jours et Ninive sera détruite » en nous précisant que l’hébreu disait plutôt : « Encore trois jours et Ninive sera bouleversée », bouleversement qui aurait pu se réaliser par la ruine et qui s’est réalisé, selon le livre biblique, par la conversion. Les confinements successifs nous ont obligé à renoncer à une de nos séquences, à en vivre deux autres en visioconférences, la séquence de novembre : « Clameur de la terre, Clameur des pauvres » a été une oasis dans notre réception du rapport de la CIASE, nous n’avons pu traiter de l’écologie humaine comme nous l’aurions voulu. Parvenus au terme de ces trois années, nous allons conclure. Quelques-uns de ceux et de celles qui nous ont apporté leur contribution ou leur témoignage au long des années sont avec nous. Je les remercie en votre nom d’avoir répondu à notre invitation naguère et aujourd’hui. Conclure n’est pas mettre un point final. Au contraire. Nous allons travailler aux engagements que nous pourrions prendre, et nous comptons sur vous, nos invités diocésains, et aussi sur vous qui nous avez enseignés, pour réfléchir avec nous à ce qu’ils pourraient être. Nous partirons d’une reprise de nos assemblées précédentes ; nous recevrons, nous en parlerons cet après-midi, un enseignement de la part d’un théologien protestant, Martin Kopp, et d’un théologien orthodoxe, le P. Sollogoub. Les Orthodoxes nous précèdent depuis longtemps sur ces sujets et les Protestants s’engagent eux aussi fortement. C’est une joie : toutes les confessions chrétiennes se laissent interroger par le sort de notre terre et la responsabilité propre de l’humanité. Notre après-midi et notre soirée seront donc fortement œcuméniques, avec, après le dîner, un temps de prière et un temps de rencontre amicale. Demain matin, nous élaborerons ensemble des engagements de divers niveaux, que nous remettrons à Dieu lors de la messe présidée par le Nonce avant de sortir proclamer un engagement solennel, nourri par nos travaux communs. Les évêques, s’ils le veulent, concluront leur assemblée vendredi prochain par le vote d’un texte de proclamation de foi en Dieu créateur et sauveur qui sera proposé à leur vote. (…)

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s