MOBILISATION – Quand le MRJC dit non !

2018 ECOLOGIE Action Les BassinesRas la bassine ! Le MRJC Poitou se mobilise contre des projets de retenues d’eau six fois plus grandes que celle prévues à Sivens en son temps.

« Non aux bassines du marais poitevin ». C’est sur un projet très technique (les réserves d’eau de substitution vouée à l’agriculture intensive et l’irrigation des cultures en été, envisagées par une coopérative de la région des marais poitevin) que s’oppose frontalement le réseau rural du MRJC, en compagnie d’un collectif d’association déjà mobilisées.

Par ce communiqué, nous souhaitons alerter sur les conflits de privatisation d’eau sur nos territoires. Le projet de « Bassines » n’est défendable à aucun point de vue, qu’il soit environnemental, économique ou démocratique. Bassines non merci : préservons les rivières, les zones humides et encourageons l’agriculture durable !(…) Au vu du réchauffement climatique, nous ne pouvons soutenir des projets d’aménagement d’une telle envergure, dans un contexte où les ressources en eau sont de plus en plus limitées. Ce projet met en péril l’équilibre en eau du marais poitevin, qui subit un déficit chronique depuis plusieurs années. Les bassines risquent en effet de vider les rivières l’hiver, sans pour autant stopper les assecs l’été.

LE DOSSIER

  • Le Parc Naturel Interrégional du marais Poitevin, la deuxième zone humide de France, se prépare à accueillir sur son territoire le projet de construction de 19 réserves de substitution d’eau.
  • Cette initiative est portée par une coopérative de 226 agriculteurs, soutenue par la Chambre d’agriculture des Deux-Sèvres et par la compagnie d’aménagement des coteaux de Gascogne. Ces agriculteurs produisent du maïs à 81 %, culture très gourmande en eau. Si ces réserves en eau sont assurées, c’est la certitude de voir se développer dans les prochaines années des cultures de plein-champs et des semences : des contrats assurés par et pour l’agro-industrie.
  • L’objectif de stockage de toutes ces « Bassines » est de 8,6 millions de m3 d’eau, avec des retenues allant de 7 à 18 ha. En comparaison, le barrage de Sivens dans le Tarn, qui avait également l’objectif de privatiser l’eau et de s’implanter dans une zone humide, devait lui contenir 1,5 millions de m3 d’eau.
  • Le budget de cette opération repose à 70 % sur de l’argent public, en provenance de l’agence de l’eau Loire/Bretagne ainsi que de la Région Nouvelle Aquitaine.
  • Le collectif « Bassines non merci ! », réunissant élus, associations et citoyens, dénonce un projet surdimensionné, coûteux et dangereux pour l’équilibre de la ressource en eau. Depuis quelques mois, le collectif multiplie les occasions de se mobiliser contre ce projet gourmand en ressources mais également en argent public.

DL

 

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

w

Connexion à %s